Société

Les combats à l’épée offrent de l’espoir aux jeunes des zones les plus pauvres de Nairobi

Les combats à l'épée offrent de l'espoir aux jeunes des zones les plus pauvres de Nairobi

L’escrime offre une lueur d’espoir aux jeunes vivant dans les quartiers les plus pauvres de Nairobi, malgré un manque d’équipement, le sport de combat à l’épée gagne en popularité au Kenya, ils forment un groupe frappant alors qu’ils se promènent dans Huruma dans leurs tenues blanches immaculées, ces jeunes se dirigent vers leur lieu de rencontre préféré: le club d’escrime Tsavora au centre communautaire local.

La rue devient leur arène alors qu’ils paradent et ripostent devant les passants.

Ce n’est pas seulement un passe-temps pour eux: c’est une force pour le bien dans leur vie, l’escrime a aidé à se frayer un chemin loin de la criminalité, de la drogue et d’autres pressions sociales, « J’étais un gangster », explique Mburu Wanyoike, qui est maintenant entraîneur de l’équipe nationale d’escrime du Kenya, « J’étais dans le crime et le crime vous fait vous sentir isolé. En fait, cela vous met dans un endroit où vous êtes isolé, vous fait vous sentir déprimé, stressé et j’ai choisi l’escrime comme moyen pour moi de sortir du capot et d’échapper à ce style de vie », son parcours de délinquant à entraîneur d’escrime et athlète senior dans l’équipe nationale du Kenya a été transformateur, inspirée par la tragédie personnelle de la mort de deux amis, Wanyoike a poursuivi sa formation et son éducation en Afrique du Sud, fondant finalement Tsavora Fencing en 2021, l’équipe a produit 15 escrimeurs talentueux qui ont gagné des places dans l’équipe nationale, avec l’intention de représenter le Kenya lors des Qualifications olympiques africaines en Algérie cette année.

  Le Nigeria et l'Éthiopie remportent la première médaille d'or aux Championnats du monde des moins de 20 ans à Nairobi

Cependant, des défis persistent, en particulier en ce qui concerne l’abordabilité de l’équipement de clôture, le fait que nous n’ayons pas l’équipement, les équipements limités que nous avons, nous les utilisons. Nous ne nous plaignons pas de ne pas avoir d’équipement, nous utilisons simplement ce que nous avons et mettons l’obsession, l’enthousiasme et la passion combinés, c’est ce que nous faisons, nous clôturons », explique Wanyoike, Tsavora Fencing Mtaani, une initiative sous Tsavora Fencing, offre un mentorat et une formation en escrime aux jeunes de ces quartiers pauvres, les protégeant des dangers de leur environnement.

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les plus lus

To Top