Société

Journée mondiale des abeilles: les apiculteurs kenyans luttent contre les aléas croissants

Journée mondiale des abeilles: les apiculteurs kenyans luttent contre les aléas croissants

Joshua Kimwele est un homme inquiet, après plus de 30 ans d’apiculture, les tendances actuelles de l’écosystème sont inquiétantes, et maintenant, il tire la sonnette d’alarme sur l’utilisation généralisée de pesticides toxiques dans les pratiques agricoles, ces produits chimiques, destinés à protéger les cultures, déciment par inadvertance ses populations d’abeilles. Il serait préférable de pulvériser, de le faire le soir ou la nuit à l’aide d’une torche afin que le matin, la puissance du produit chimique soit faible”, explique Kimwele.

Malgré ses efforts pour protéger son lopin de terre de 5 acres de la déforestation, la combustion de charbon de bois dans sa région prive ses abeilles de leur habitat naturel, l’exploitation forestière effrénée et la conversion des terres pour l’agriculture et l’urbanisation réduisent les forêts et perturbent l’équilibre délicat des écosystèmes, « Les gens ont envahi les forêts et abattent les arbres riches en nectar. Je souhaiterais donc que tous ceux qui abattent les arbres pour brûler du charbon de bois soient totalement interdits. Parce que s’ils abattent tous les arbres, et vous savez, s’il n’y a pas d’abeilles, nous sommes également éteints”, ajoute Kimwele.

Pire encore, le Kenya est confronté à des catastrophes naturelles de plus en plus intenses et aléatoires, pendant le COVID 19, Kimwele, comme d’autres Kenyans, a perdu beaucoup d’affaires en raison des restrictions de mouvement, cela a été suivi d’une invasion acridienne couplée à une sécheresse très sévère, mais l’espoir est en vue alors que le gouvernement du comté travaille sur un programme de restauration pour les agriculteurs.

“En tant que comté, nous travaillons à la restauration de la gloire perdue. S’assurer que nous ramenons nos agriculteurs là où ils étaient. L’invasion des criquets, la Couronne cette fois-là, et cette fois-là, nous avions également été confrontés à une grave sécheresse. Par conséquent, tout cela combiné a eu des effets dévastateurs sur nos agriculteurs et nous voulons restaurer leurs moyens de subsistance”, explique le Dr Stephen Mbaya, un responsable du comté de Kitui.

  Le Burkina Faso condamne les propos des responsables européens contre le pays
Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les plus lus

To Top