Economie

La Banque mondiale donne au Mozambique 100 millions de dollars pour relancer le nord du pays

La Banque mondiale donne au Mozambique 100 millions de dollars pour relancer le nord du pays

Mercredi, la Banque mondiale a accordé 100 millions de dollars (environ 83 millions d’euros) à un projet urgent de relance du nord du Mozambique, où une rébellion armée a déplacé des centaines de milliers de personnes, l’accord de financement, qui fait partie d’un projet triennal d’une valeur de 700 millions de dollars, a été signé par le gouvernement mozambicain et le Bureau des Nations Unies pour les services d’appui aux projets (UNOPS), partenaire de la mise en œuvre du plan.

Depuis fin 2017, des groupes armés terrorisent la région appauvrie de Cabo Delgado, mais riche en gaz naturel, située dans le nord-est du Mozambique, à la frontière avec la Tanzanie, le 24 mars, ces groupes armés ont attaqué la ville côtière de Palma, faisant des dizaines de morts et la fuite de plus de 25 000 personnes. L’Etat islamique a revendiqué la responsabilité de l’attaque, au fil des ans, cette violence a tué plus de 2 800 personnes, selon une ONG.

Le président mozambicain Felipe Nyusi, qui a assisté à la cérémonie de signature de l’accord de financement à Pemba, capitale de la province de Cabo Delgado, a confirmé que ces fonds permettraient «aux familles de sortir de la faiblesse grâce à l’intégration sociale et économique». Il a ajouté que l’objectif était de « reprendre une vie normale dans les zones touchées », d’où environ 700 000 personnes ont été déplacées.

Le projet d’aide comprend le soutien à la reprise des activités en fournissant des services sociaux, le développement de l’agriculture et des infrastructures telles que la construction d’écoles et d’hôpitaux mobiles, «En tant que banque, nous ne soutenons pas les (besoins) humanitaires, mais ce qui est devenu clair maintenant, c’est qu’il n’y a pas de ligne claire séparant le travail humanitaire et le développement», a déclaré le directeur de la Banque mondiale au Mozambique, qui l’a soutenu par Swaray Redhug.

  La famine menace au moins 22 millions de personnes dans la Corne de l'Afrique
Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Les plus lus

To Top