Politique

Barrage de la Renaissance, l’Éthiopie attaque le Soudan et annonce sa position sur la médiation africaine

Barrage de la Renaissance, l'Éthiopie attaque le Soudan et annonce sa position sur la médiation africaine

Le ministère éthiopien des Affaires étrangères a déclaré qu’il adhérait aux négociations parrainées par l’Union africaine et n’accepterait pas les tentatives du Soudan de lier la question des frontières aux négociations sur le barrage de la Renaissance, la porte-parole du ministère éthiopien des Affaires étrangères, Dina Mufti, a déclaré aujourd’hui, mardi, lors d’une conférence de presse tenue au siège du ministère à Addis-Abeba, que les déclarations du Soudan concernant la subordination de la région de Benishangul sont malheureuses et rejetées.

Mufti a déclaré: « Les déclarations hostiles soudanaises se poursuivent toujours, et le Soudan a non seulement attaqué le territoire éthiopien, mais s’est également déplacé pour affirmer que la région de Renaissance Dam est affiliée », elle a souligné que « les déclarations du Soudan concernant la subordination de la région de Benishangul Gumuz sont regrettables et nous la rejetons complètement et nous publierons une déclaration détaillée à ce sujet ».

Mufti a souligné: « Nous continuons et continuerons d’adhérer au leadership de l’Union africaine et n’accepterons pas les initiatives du Soudan visant à lier la question des frontières avec le barrage de la Renaissance », de son côté, le ministère soudanais des Affaires étrangères a affirmé l’attachement de Khartoum aux accords et traités internationaux, dénonçant les allégations éthiopiennes répétées sur l’illégalité des accords signés sur le Nil au siècle dernier.

Elle a souligné que le désaveu d’Addis-Abeba de ces accords affecte sa souveraineté sur la région de Benishangul dans le nord, sur les terres de laquelle le projet de barrage de la Renaissance est en cours de construction, exprimant ses regrets pour les déclarations des responsables éthiopiens selon lesquelles le Soudan s’emploie à lier l’Éthiopie avec ce qu’il appelle «accords coloniaux» sur les eaux du Nil et accords frontaliers entre les deux pays.

  Le Mali craint un sort similaire à l'Afghanistan un an après le coup d'État

Les tensions se sont intensifiées entre l’Éthiopie d’une part, et l’Égypte et le Soudan d’autre part, Addis-Abeba annonçant la date du deuxième remplissage du barrage, une décision que Khartoum considère comme «une menace imminente pour la sécurité de ses citoyens». et l’Égypte craint son impact négatif sur sa part de l’eau du Nil.

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Les plus lus

To Top