Economie

Coup d’Etat au Gabon…La France est-elle confrontée à un revers économique en Afrique ?

Coup d’Etat au Gabon…La France est-elle confrontée à un revers économique en Afrique ?

Mercredi dernier, à l’aube, le Gabon a été témoin d’un coup d’État militaire immédiatement après qu’Ali Bongo a annoncé samedi sa victoire à l’élection présidentielle avec 64,27% des voix, ce qui a incité la France à le condamner et à soutenir ses amis de son ancienne colonie de 1882 à 1960, cependant, le maintien de Paris sur sa position en faveur de la « démocratie » au Gabon et de son président, accusé d’avoir manipulé les résultats de l’élection présidentielle, le mettrait en contradiction avec sa position diplomatique qu’il défend au Niger depuis le coup d’État contre Mohamed Bazoum.

Il est peut-être trop tôt pour évaluer avec précision le coût du coup d’État sur l’économie française, mais il reste une priorité de discussion en raison de son importance. Par exemple, la société française Total contrôle le pétrole gabonais depuis plus de 80 ans et la société minière Eramit exploite le manganèse et emploie environ 8 000 personnes, dont la plupart sont des résidents locaux, l’expert des affaires africaines a expliqué que si les putschistes décidaient de poursuivre la politique de la famille Bongo, qui dure depuis 55 ans – autrement dit, de rester les protecteurs des intérêts de la France au Gabon – Paris n’aurait pas à se soucier de son projets. Mais s’ils voient qu’il existe des opportunités de coopération avec de nouveaux partenaires comme la Chine, la Turquie et le Maroc, cela portera un coup dur à la France et la placera dans une position compétitive.

L’ami d’Aba a souligné l’attrait d’Ali Bongo pour les investissements chinois et sa stratégie économique d’ouverture du pays aux Anglo-Saxons pour que le Gabon devienne membre du Commonwealth. Même le président déchu, lorsqu’il a demandé de l’aide par vidéo, était en L’anglais au lieu du français, de son côté, l’ancien général de l’armée française a déclaré que Paris est confronté à un revers économique plus que militaire, estimant qu’il fait face à une responsabilité régionale dans ce pays, quatrième producteur de pétrole d’Afrique subsaharienne, où la corruption a conduit à une répartition injuste des richesses parmi sa population adulte, soit 2,5 millions de personnes.

  Sans action climatique, les phénomènes météorologiques violents entraîneront plus des besoins humains en Afrique
Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les plus lus

To Top