Economie

Les gouvernements africains doivent trouver des moyens évolutifs de collecte des impôts pour générer des revenus supplémentaires

Les gouvernements africains doivent trouver des moyens évolutifs de collecte des impôts pour générer des revenus supplémentaires

La plateforme panafricaine de paie numérique et de gestion des ressources humaines (GRH) Bento a publié aujourd’hui le premier livre blanc de son genre en Afrique, intitulé Envois de fonds statutaires en Afrique. Le Livre blanc examine les systèmes fiscaux de 53 pays africains et souligne les avantages pour les gouvernements d’adopter des systèmes de paie numériques pour collecter avec précision l’impôt sur le revenu et autres déductions obligatoires.

Le Livre blanc explore en profondeur les subtilités de l’impôt sur le revenu, une source de revenus essentielle pour les économies africaines, représentant environ 33 % du revenu total généré. Même si les fourchettes spécifiques d’impôt sur le revenu diffèrent d’un pays à l’autre, avec des variations telles que celles du Lesotho entre 20 et 30 % et celles de la Namibie voisine entre 0 et 37 %, le document met en évidence les disparités importantes entre les taux d’imposition en Afrique et souligne les défis auxquels sont confrontées les autorités fiscales pour exploiter efficacement cette méthode de collecte des revenus, les services publics essentiels tels que l’éducation, la santé, les infrastructures et la défense sont financés par les recettes fiscales. Mais la fiscalité est un processus complexe qui nécessite une réflexion approfondie pour développer un système efficace, équitable et durable, selon le livre blanc de Bento, la collecte numérique des impôts pourrait renforcer le secteur informel en Afrique, qui consiste en des activités économiques en dehors de la réglementation et de la supervision gouvernementales et où les impôts ne sont pas retenus à la source sur les salaires, contrairement au PAYE.

  Les pays africains du Sahel envisagent de revoir l'accord portant la création du groupe

Actuellement, ce secteur ne parvient pas non plus à contribuer de manière significative et efficace à la mobilisation des ressources intérieures (DRM). Bento considère qu’il s’agit d’une opportunité manquée, qui empêche les pays africains de capitaliser sur les impôts d’un secteur auquel participent 85 % de leur population (90 % en Afrique subsaharienne), le Livre blanc affirme que face au ralentissement économique mondial, les pays africains ne peuvent pas compter sur les gouvernements étrangers pour emprunter à l’extérieur afin de les aider à atténuer leurs difficultés économiques.

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les plus lus

To Top