Economie

GNPC justifie son investissement dans une nouvelle usine de regazéification de GNL au Ghana

GNPC justifie son investissement dans une nouvelle usine de regazéification de GNL au Ghana

La Ghana National Petroleum Corporation (GNPC) a déclaré que la nouvelle usine de regazéification en cours de construction au terminal de gaz naturel liquéfié (GNL) de Tema préserverait les futurs besoins énergétiques du pays et inaugurerait une ère de gaz moins cher.

L’unité flottante de regazéification (FRU) du terminal est arrivée dans le pays le 7 janvier 2021 et est la première du genre en Afrique subsaharienne. Il a cependant été critiqué par les experts de l’industrie et les OSC du secteur énergétique pour avoir le potentiel d’augmenter la menace du gaz inutilisé et affecter négativement le développement des ressources gazières locales.

Mais le PDG de GNPC, le Dr Kofi K. Sarpong, justifiant l’investissement dans la nouvelle installation, a déclaré qu’elle offrait une opportunité de garantir les futurs besoins énergétiques du pays en augmentant le mix énergétique pour la production d’électricité et l’usage industriel, ainsi que le carburant pour les véhicules.

«Le nouveau GNL est moins cher que Sankofa et il est moins cher que le gaz en provenance du Nigéria bien que les prix puissent changer à tout moment, mais au moment où je parle, la formulation est moins chère que celle provenant de Sankofa. Les seuls qui sont moins chers sont Jubilee et TEN mais ils ne peuvent pas vous donner les volumes dont vous avez besoin en raison des contraintes de production et des défis des usines de Ghana Gas », a-t-il déclaré.

Pour étayer son argument, il a déclaré que la demande de gaz a considérablement augmenté au cours des deux dernières années, passant d’environ 211 millions de pieds cubes standard (scf) en 2019 à 296 millions de pieds cubes en 2020 et devrait dépasser 300 millions de pieds cubes en 2021. Ces volumes proviennent des champs Jubilee, TEN et Sankofa ainsi que du Nigeria via le gazoduc de l’Afrique de l’Ouest.

  Penplusbytes, partenaires pour récompenser les reporters de la santé au Ghana

Ce niveau de croissance, selon lui, ne peut être égalé par la seule production locale. Les gens font l’erreur que nous produisons tellement de gaz au pays et que, par conséquent, il n’y a pas besoin de GNL. Ce que fait GNPC est très compétitif et dans quatre ans, la demande devrait dépasser l’offre actuelle.

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Les plus lus

To Top