Economie

Comment Covid-19 frappe l’économie en croissance de Madagascar

Comment Covid-19 frappe l'économie en croissance de Madagascar

 

Avant la pandémie de coronavirus, l’économie malgache était sur une trajectoire ascendante. Le rythme s’est accéléré au cours des cinq dernières années, atteignant un taux de croissance estimé à 4,8% en 2019, un niveau record sur dix ans, en 2021, un groupe d’entreprises privées malgaches s’attend à une croissance de 5%, malgré la crise sanitaire et pour y parvenir, la collaboration des pouvoirs publics est attendue.

Madagascar était sur une trajectoire ascendante et malheureusement 2020, l’année de la pandémie de Covid-19 a eu un impact catastrophique sur l’économie malgache avec une baisse de 3,8%, ce qui n’a pas été vu depuis plus d’une décennie. Dès la fermeture des marchés extérieurs, que ce soit dans les services ou dans l’industrie, cela a eu un impact immédiat sur l’économie malgache.

Pour ne citer que deux grands secteurs. Le premier est le tourisme, qui emploie directement environ 45 000 personnes et en soutient plus de 300 000 à Madagascar. Du jour au lendemain, nous n’avons quasiment pas eu de touristes.

Un autre secteur qui se développait également fortement était l’industrie minière, Madagascar produit du nickel, du cobalt et de l’ilménite, environ 6% de la production mondiale. Mais pas seulement à cause de la fermeture des marchés chinois et américain, mais également en raison de la forte baisse du prix du nickel, qui est à un niveau historiquement bas, l’usine a fermé à partir de mars 2020 et cela a provoqué une forte baisse des exportations.

Au début de l’année, la Banque mondiale et le FMI ont émis des prévisions plus modestes. Le FMI prévoyait un taux de croissance de 3,2%. La Banque mondiale est plus pessimiste, prévoyant 2,1%.

  Madagascar : « Le monde ne peut pas fermer les yeux » alors que 1,3 million de personnes font face à une grave faim

Si les autorités adoptaient une politique de relance keynésienne avec des investissements massifs dans les infrastructures, ce qui manque vraiment et investi également dans l’agriculture.

Par exemple, Madagascar, qui est l’un des plus gros consommateurs de riz au monde, le troisième par habitant, pourrait au lieu d’importer 10% de son riz, être autosuffisant en très peu de temps. Et peut-être, même exporter du riz vers l’Afrique.

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Les plus lus

To Top