Economie

Les banques Africaines se sont biens tiré face à la pandémie de Covid19

Les banques Africaines se sont biens tiré face à la pandémie de Covid19

Malgré les énormes défis, le secteur bancaire africain mérite beaucoup d’éloges pour la manière dont il a répondu à la crise. Il est peu probable qu’elle aurait été en meilleure position pour agir à n’importe quel stade du passé, car les banques et les régulateurs sont généralement devenus plus forts, plus compétents et plus agiles au fil du temps. Compte tenu de la rapidité avec laquelle les banques centrales ont agi pour réduire les taux, des leçons semblent également avoir été tirées de la crise financière de 2008.

Les banques centrales ont agi rapidement pour réduire les taux d’intérêt, injecter des liquidités et demander aux banques commerciales d’offrir des prêts à taux d’intérêt plus bas aux entreprises. La Banque centrale du Kenya (CBK) a également permis aux banques kényanes de restructurer les prêts improductifs (NPL) afin de protéger les clients qui avaient peut-être des difficultés à court terme mais qui avaient des entreprises viables à long terme. Ils ont reconnu qu’il ne s’agissait pas seulement de protéger les entreprises individuelles, mais aussi leurs fournisseurs, leurs employés et leurs clients.

Pourtant, alors que la plupart des banques centrales ont assoupli les limites des réserves de liquidités pour les banques commerciales, la Banque centrale du Nigéria (CBN) est restée préoccupée par les exigences de fonds propres des banques, cela a beaucoup à voir avec l’historique des faillites bancaires du Nigéria et la détermination de la CBN à éviter une répétition des performances. Il insiste pour que les banques nigérianes respectent sa date limite d’avril 2021 pour se soumettre au processus interne d’évaluation de l’adéquation des fonds propres dans le cadre de sa mise en œuvre des accords de Bâle II et III.

  La Banque mondiale s'engage à investir deux milliards de dollars en Afrique

Bien qu’elle ait subi des pressions pour assouplir ses exigences, la banque centrale n’a pas affaibli ses stipulations de taux d’adéquation des fonds propres de 15% pour les banques nationales et de 10% pour leurs homologues régionales.

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Les plus lus

To Top