Politique

France: Une conférence à Paris pour soutenir la transition démocratique au Soudan, en présence d’Abdullah Hamdouk

France: Une conférence à Paris pour soutenir la transition démocratique au Soudan, en présence d'Abdullah Hamdouk

Le président français Emmanuel Macron et le Premier ministre soudanais Abdullah Hamdok ont ​​tenu une conférence à Paris pour soutenir le processus de transition démocratique au Soudan après le renversement du régime de l’ancien président Omar el-Béchir. À la veille du sommet, qui se tient également à Paris sur la relance de l’économie en Afrique, le ministre français de l’Économie, Bruno Le Maire, a déclaré que la France prêterait au Soudan 1,5 milliard de dollars pour rembourser ses arriérés de dette envers le Fonds monétaire international et au sein de la cadre du soutien de Paris pour relancer les économies des pays africains en difficulté.

Le Premier ministre soudanais Abdullah Hamdouk a déclaré dans un entretien à l’Agence France-Presse récemment qu’il souhaitait évoquer à cette occasion la question de l’exonération de son pays de dettes avec le Club de Paris, le «premier créancier» du pays, dont les dettes représentent environ 38% de la dette de 60 milliards de dollars du Soudan, le ministre français de l’Economie Bruno Le Maire a annoncé que la France allait aider le Soudan, très endetté et en pleine transition démocratique, à rembourser ses dettes envers le Fonds monétaire international en lui prêtant 1,5 milliard de dollars.

Le ministre Le Maire a déclaré que la France œuvrera pour « réduire le fardeau de la dette du Soudan dans les meilleurs délais », notant que le président Emmanuel Macron confirmera cet engagement lors de la conférence bilatérale qui se tiendra lundi prochain, à la veille d’un sommet sur la revitalisation économique en Afrique convoquée par l’Association des employeurs « Medev » français en présence du Premier ministre soudanais Abdullah Hamdok.

  Un sommet sur le financement des économies de l'Afrique subsaharienne, en France

Hamdok, un économiste chevronné qui travaille depuis deux ans pour restaurer l’économie du pays et ramener Khartoum sur la scène internationale, a déclaré vendredi dans l’interview de Khartoum que la France avait payé « les arriérés du Soudan envers la Banque mondiale et la Banque africaine de développement ». « A Paris, nous allons régler nos arriérés avec le Fonds monétaire international », a-t-il ajouté, alors que ce pays souffre de dettes s’élevant à 60 milliards de dollars.

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Les plus lus

To Top