Politique

Hemedti met en garde contre l’aggravation des conditions au Soudan

Hemedti met en garde contre l'aggravation des conditions au Soudan

Mohamed Hamdan Dagalo « Hemedti », premier vice-président du Conseil souverain soudanais, a mis en garde contre la dégradation des conditions économiques, politiques et sécuritaires dans le pays, le premier adjoint a déclaré dans un enregistrement vidéo pour Hemedti, qu’il a publié sur sa page Facebook officielle, dans laquelle il apparaît comme un éloge funèbre de l’un des dirigeants du Mouvement de libération du Soudan : « Le Soudan est dans une situation inconfortable, une désintégration sociale et politique est complètement turbulent, et dans une situation de sécurité inconfortable, et économiquement, les pauvres et les riches ont été touchés.

Hemedti a souligné que la crise de la vie jetait une ombre négative sur les pauvres au Soudan, dimanche, la livre soudanaise est tombée à des niveaux bas sur le marché parallèle (noir) et le taux de change du dollar a atteint 490 livres, le prix le plus bas jamais enregistré, contre 410 livres la semaine dernière, Hemedti a souligné que le changement qui a eu lieu au Soudan – le 11 avril 2019 – n’est que le limogeage de l’ancien président Omar al-Bashir sans changer le reste de la situation.

Il a poursuivi : « Nous ne trichons pas – ne trompons pas – notre esprit. Il n’y a pas de changement. Le changement, c’est l’emprisonnement d’Omar el-Béchir et des dirigeants de l’ancien régime. Nous devons être clairs sur cette question, et nous sommes ceux qui les a amenés », Hemedti a révélé des campagnes organisées contre lui par des partis – ce qu’il n’a pas précisé – en raison de son siège au siège du premier adjoint du Conseil souverain.

  L'application d'un développeur nigérian s'associe à ses efforts pour lutter contre les crimes sexuels

Il a juré de poursuivre ceux qu’il a décrits comme des promoteurs de la sédition, sans les expliquer, et il a ajouté : « Nous ne sommes pas contre la liberté, même si c’est la liberté. Nous sommes les lâches – nous l’avons apportée – et la liberté n’est pas le chaos, et la démocratie n’est pas le chaos, elle doit être disciplinée », dans ce contexte, le porte-parole des Forces de soutien rapide et le conseiller médiatique du président du Conseil souverain soudanais ont démenti vendredi soir l’existence de tensions militaires entre l’armée et le soutien rapide.

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Les plus lus

To Top