Politique

L’Etat islamique confirme le suicide du leader de Boko Haram

L'Etat islamique confirme le suicide du leader de Boko Haram

L’organisation « ISIS » en Afrique de l’Ouest a confirmé que le chef du groupe « Boko Haram », Abu Bakr Shekau, s’était suicidé, selon un enregistrement audio obtenu par l’Agence France-Presse, deux semaines après l’annonce de la mort de Shekau.

Selon l’agence, un locuteur de la langue kanuri dont la voix ressemble à la voix du chef de l’Etat islamique en Afrique de l’Ouest, Abu Musab al-Barnawi, a déclaré dans l’enregistrement : « Shekwi a préféré être humilié dans l’au-delà que d’être humilié sur terre. Il s’est suicidé  immédiatement en faisant exploser un engin explosif », l’Agence France-Presse a déclaré avoir obtenu l’enregistrement de la même source qui a envoyé les enregistrements précédents à l’organisation. Boko Haram n’a pas encore officiellement commenté le meurtre de son chef, qui a mené une insurrection il y a plus d’une décennie dans le nord-est du Nigeria, tandis que l’armée nigériane a déclaré qu’elle enquêtait sur cette allégation.

Dans l’enregistrement, l’Etat islamique a décrit l’envoi de combattants dans une enclave de Boko Haram dans la forêt de Sambisa, où ils ont trouvé Sheki à l’intérieur de sa maison et l’ont engagé dans une fusillade, le porte-parole a déclaré que Shekoi « s’est retiré de là et s’est enfui dans la forêt pendant cinq jours. Mais les combattants ont continué à le rechercher et à le suivre avant de pouvoir le localiser », il a ajouté qu’après avoir été retrouvé dans les bois, « les combattants de l’Etat islamique et ses partisans l’ont exhorté à se repentir, mais Shekai a refusé et s’est suicidé ».

« Nous sommes très heureux », a-t-il poursuivi, ajoutant que Shekouy « a commis des actes de terrorisme et des atrocités inimaginables ».

  Dans le cadre de l'opération Safe Corridor, des milliers de militants de Boko Haram se rendent dans le nord du Nigeria

Si la mort de Shekau se confirme, elle constituera un coup dur pour « Boko Haram », déjà affaibli par les frappes aériennes sur ses bases et les défections dans ses rangs, le nord-est du Nigeria est embourbé dans une insurrection depuis plus de 10 ans. Le conflit, qui a commencé avec les attaques de Boko Haram depuis 2009, a fait plus de 40 000 morts et deux millions de personnes déplacées.

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Les plus lus

To Top