Politique

L’Etat islamique confirme le suicide du leader de Boko Haram

L'Etat islamique confirme le suicide du leader de Boko Haram

L’organisation « ISIS » en Afrique de l’Ouest a confirmé que le chef du groupe « Boko Haram », Abu Bakr Shekau, s’était suicidé, selon un enregistrement audio obtenu par l’Agence France-Presse, deux semaines après l’annonce de la mort de Shekau.

Selon l’agence, un locuteur de la langue kanuri dont la voix ressemble à la voix du chef de l’Etat islamique en Afrique de l’Ouest, Abu Musab al-Barnawi, a déclaré dans l’enregistrement : « Shekwi a préféré être humilié dans l’au-delà que d’être humilié sur terre. Il s’est suicidé  immédiatement en faisant exploser un engin explosif », l’Agence France-Presse a déclaré avoir obtenu l’enregistrement de la même source qui a envoyé les enregistrements précédents à l’organisation. Boko Haram n’a pas encore officiellement commenté le meurtre de son chef, qui a mené une insurrection il y a plus d’une décennie dans le nord-est du Nigeria, tandis que l’armée nigériane a déclaré qu’elle enquêtait sur cette allégation.

Dans l’enregistrement, l’Etat islamique a décrit l’envoi de combattants dans une enclave de Boko Haram dans la forêt de Sambisa, où ils ont trouvé Sheki à l’intérieur de sa maison et l’ont engagé dans une fusillade, le porte-parole a déclaré que Shekoi « s’est retiré de là et s’est enfui dans la forêt pendant cinq jours. Mais les combattants ont continué à le rechercher et à le suivre avant de pouvoir le localiser », il a ajouté qu’après avoir été retrouvé dans les bois, « les combattants de l’Etat islamique et ses partisans l’ont exhorté à se repentir, mais Shekai a refusé et s’est suicidé ».

« Nous sommes très heureux », a-t-il poursuivi, ajoutant que Shekouy « a commis des actes de terrorisme et des atrocités inimaginables ».

  Le Mali ouvre une enquête sur la nomination d'un civil à l'étranger comme "président par intérim" du pays

Si la mort de Shekau se confirme, elle constituera un coup dur pour « Boko Haram », déjà affaibli par les frappes aériennes sur ses bases et les défections dans ses rangs, le nord-est du Nigeria est embourbé dans une insurrection depuis plus de 10 ans. Le conflit, qui a commencé avec les attaques de Boko Haram depuis 2009, a fait plus de 40 000 morts et deux millions de personnes déplacées.

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Les plus lus

To Top