Politique

Une commission africaine enquêtant sur les violations du «Tigré» et la Grande-Bretagne appelle l’Érythrée à partir immédiatement

Une commission africaine enquêtant sur les violations du «Tigré» et la Grande-Bretagne appelle l'Érythrée à partir immédiatement

La Commission africaine des droits de l’homme et des peuples a annoncé mardi le début d’enquêtes sur les violations commises dans la région du Tigré, dans le nord de l’Éthiopie, jeudi prochain, dans un communiqué, la commission a précisé que, conformément à son mandat de promouvoir et de protéger les droits de l’homme en Afrique en vertu de l’article 45 de la Charte africaine des droits de l’homme et des peuples, en faisant rapport sur les enquêtes qu’elle mènera dans la région du Tigré, elle annonce le début de ses investigations jeudi prochain.

Le communiqué indique que le comité d’enquête mène ses travaux à Banjul, la capitale de la Gambie, et commencera à mener des enquêtes sur le terrain, soulignant que la période d’enquête initiale est de trois mois et peut être renouvelée ultérieurement, le comité a affirmé qu’il adhérera aux principes d’indépendance, de confidentialité, d’intégrité et d’impartialité, assurant la protection de ceux avec qui il coopère, appelant en même temps à la coopération de toutes les parties prenantes pour lui permettre de mener à bien sa mission, en mars dernier, l’Union africaine s’est félicitée de l’invitation de l’Éthiopie à ses organes de participer aux enquêtes sur les violations présumées dans la région du Tigré.

Dans un communiqué, le président de la Commission de l’Union africaine, Moussa Faki, a déclaré que « le syndicat est prêt à coopérer avec l’Éthiopie pour mener des enquêtes sur les violations des droits humains dans la région du Tigré », Faki a exprimé sa gratitude au gouvernement éthiopien pour son ouverture à traiter avec l’Union africaine dans ces enquêtes, soulignant sa confiance que la Commission africaine des droits de l’homme et des peuples s’acquittera de cette tâche en toute transparence, dans une affaire connexe, l’ambassadrice britannique auprès des Nations Unies, Barbara Woodward, a déclaré que les forces érythréennes devraient se retirer de la région du Tigré en Éthiopie « sans délai».

  L'ONU et l'Union africaine appellent à l'arrêt immédiat des combats en RDC

Elle a expliqué lors d’un point de presse mardi que son pays avait appelé les forces érythréennes à se retirer en mars dernier, ajoutant : « Nous sommes maintenant au mois de juin et il ne peut y avoir plus de retard ».

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les plus lus

To Top