Politique

L’Éthiopie appelle l’Union africaine à arrêter « immédiatement » l’enquête sur les incidents du Tigré

L'Éthiopie appelle l'Union africaine à arrêter "immédiatement" l'enquête sur les incidents du Tigré

Jeudi, le gouvernement éthiopien a appelé l’Union africaine à arrêter « immédiatement » l’enquête sur les violations commises dans la région du Tigré, après des mois de conflit sanglant qui a poussé la région au bord de la famine.

Dans un communiqué consulté par l’agence Anadolu, le ministère éthiopien des Affaires étrangères a critiqué l’enquête indépendante lancée mercredi par l’Union africaine sur la région du Tigré, la qualifiant de « trompeuse et dépourvue de base légale », le ministère éthiopien des Affaires étrangères a plutôt suggéré de mener une enquête conjointe.

De leur côté, les membres de la commission d’enquête susmentionnée ont déclaré qu’ils « n’avaient pas reçu la déclaration du ministère des Affaires étrangères de l’Éthiopie à ce sujet », ils ont souligné que l’enquête sur les violations présumées des droits humains au Tigré.

« Ce que nous avons commencé est imparable », a déclaré jeudi à la presse le vice-président de la commission, Rémy Ngoy Lombo.

Il a souligné que «l’Éthiopie a autorisé le comité à visiter le Tigré, mais la date de la visite n’a pas encore été fixée, en raison de la situation sécuritaire dans la région», Lumaud a ajouté que les conclusions « ne seront certainement pas cachées », mais il n’a pas précisé quand le rapport serait publié, mercredi, l’Union africaine a annoncé l’ouverture d’une enquête sur les violations des droits humains dans la région du Tigré, dans le nord de l’Éthiopie, qui a été le théâtre d’affrontements entre l’armée et le Front populaire de libération du Tigré.

Un communiqué publié par la fédération précise que la commission d’enquête du Tigré commencera ses travaux, à partir de jeudi, et pour une durée de 3 mois, le 5 juin, les Nations Unies ont mis en garde contre le danger imminent de famine dans la région du Tigré, qui menace de tuer des centaines de milliers de personnes, le 4 novembre dernier, des affrontements ont éclaté dans la région entre l’armée et le Front populaire de libération du Tigré, avant qu’Addis-Abeba n’annonce, le 28 du même mois, la fin d’une opération de « maintien de l’ordre » pour contrôler toute la région, malgré les informations faisant état de poursuites violations des droits dans la région à ce jour.

  Le président du Soudan du Sud révèle une promesse de l'Éthiopie sur le barrage de la Renaissance
Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les plus lus

To Top