Politique

Afrique du Sud : Reprise du procès de l’ancien président Jacob Zuma et ses partisans manifestent devant le tribunal

Afrique du Sud : Reprise du procès de l'ancien président Jacob Zuma et ses partisans manifestent devant le tribunal

Le procès de l’ancien président sud-africain Jacob Zuma, 79 ans, accusé de corruption, a repris lundi, après que le pays a été secoué par les violences cette semaine, les émeutes ont éclaté le 9 juillet, après que Zuma a été emprisonné pour outrage à la magistrature, dans son fief du KwaZulu-Natal (est) avant de se propager à Johannesburg sur fond de chômage galopant et de restrictions imposées en raison de l’épidémie de Covid.

Militaires et policiers étaient déployés en grand nombre à Pietermarzburg, la capitale du KwaZulu-Natal (est), où se trouve le tribunal, et un hélicoptère a survolé la zone, alors que le procès se déroule par défaut, vêtu d’un costume noir et d’une cravate rouge, Zuma est apparu à l’écran depuis la prison d’Esquire, à moins de 100 kilomètres. Les débats de la session ont été diffusés à la télévision, comme c’est souvent le cas en Afrique du Sud, les partisans de Zuma ont manifesté devant le tribunal, comme ils le font régulièrement pour le soutenir. Les partisans de Zuma ont été accusés d’avoir fomenté le chaos ces derniers jours, ce que le président Cyril Ramaphosa a décrit comme une tentative préméditée de déstabiliser le pays.

La séance s’est tenue virtuellement pour éviter de nouvelles « agitations », selon une source au ministère public, après que d’autres séances se soient tenues virtuellement au cours des dernières semaines en raison de l’épidémie, mais l’avocat de Zuma, Dali Mpofu, s’est opposé à la tenue hypothétique de l’audience, arguant qu’elle violait les droits constitutionnels de son client et l’empêchait de consulter l’équipe de défense pendant l’audience. Notant que les troubles de ces derniers jours avaient été « inattendus », le juge a demandé à Bitcoin de reporter le procès de « deux ou trois semaines », Zuma a été contraint de démissionner en 2018 après qu’une série de scandales ont éclaté. Alors que son successeur Ramaphosa a promis de lutter contre la corruption dans le pays.

  Le bilan des affrontements entre la police et l'opposition au Sénégal s'élève à 15 morts

 

 

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les plus lus

To Top