Politique

Le Soudan remettra Al-Bashir et les personnes recherchées dans le dossier du Darfour à la Cour pénale internationale, et Washington félicite

Le Soudan remettra Al-Bashir et les personnes recherchées dans le dossier du Darfour à la Cour pénale internationale, et Washington félicite

Le Soudan a décidé de remettre le président déchu Omar el-Béchir et deux de ses collaborateurs à la Cour pénale internationale, qui les réclame depuis plus de dix ans et les accuse d’avoir commis un « génocide » et des crimes contre l’humanité pendant les années de conflit dans la région du Darfour.

Dans la première réaction à la décision, Washington a salué la décision du gouvernement soudanais de remettre le président déchu et deux de ses collaborateurs à la Cour pénale internationale, « Nous exhortons le Soudan à continuer de coopérer avec la Cour pénale internationale en remettant les personnes recherchées et en partageant des preuves avec elle », a déclaré à la presse le porte-parole du département d’Etat Ned Price. « Ce serait un progrès significatif pour le Soudan dans sa lutte contre des décennies d’impunité ».

L’agence de presse officielle soudanaise « SUNA », citant la ministre des Affaires étrangères Maryam Al-Sadiq Al-Mahdi, a déclaré après sa rencontre avec le procureur de la Cour pénale internationale, Karim Asad Khan, en visite au Soudan, « le Conseil des ministres a décidé de remettre les personnes recherchées à la Cour pénale internationale.

La ministre, qui est la fille de l’ancien Premier ministre Al-Sadiq Al-Mahdi, renversé en 1989 par le coup d’État d’Al-Bashir, a souligné « l’importance » de la coopération de son pays avec la Cour « pour que justice soit rendue aux victimes des guerres du Darfour ».

Le ministre n’a pas précisé de date pour l’extradition des trois anciens dirigeants, et la question sera présentée lors d’une réunion conjointe entre les Conseils de souveraineté et les ministres pour approuver l’extradition et ratifier la loi sur l’extradition, Al-Bashir est actuellement incarcéré à la prison de Kober dans la capitale soudanaise. Il a été licencié et arrêté en avril 2019 à la suite d’un mouvement de protestation populaire massif contre lui, la semaine dernière, le cabinet soudanais a approuvé le Statut de Rome de la Cour pénale internationale, dans ce qui était considéré comme une nouvelle étape vers le jugement d’Al-Bashir devant l’organe judiciaire international de La Haye.

  Les élections sénatoriales reportées en Somalie
Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Les plus lus

To Top