Politique

Le Premier ministre éthiopien met en garde contre des complots visant à démanteler le pays

Le Premier ministre éthiopien met en garde contre des complots visant à démanteler le pays

Le Premier ministre éthiopien, Abiy Ahmed, a estimé qu’un certain nombre de pays dans le monde ont été témoins de complots similaires à ceux de son pays, qui ont conduit à l’émergence de menaces de désintégration, dans un communiqué, Abiy Ahmed a indiqué que des pays comme la Yougoslavie, la Syrie, la Somalie et la Libye se sont désintégrés avec ces complots.

Abiy Ahmed a déclaré : « Si les Éthiopiens s’unissent courageusement pour affronter et résister aux efforts de la diplomatie et des médias occidentaux pour tordre les mains de l’Éthiopie par la force, le Front de libération du peuple du Tigré sera démantelé une fois pour toutes », soulignant que « la diplomatie occidentale et les médias ont continué à faire des efforts pour faire écho aux voix de ce groupe terroriste, il a ajouté : « L’Éthiopie dans son histoire a traversé de nombreux défis et situations difficiles, mais ses braves gens ne sont pas restés les bras croisés et ont plutôt payé leur vie pour relever les défis de vaincre les ennemis de leur pays d’une manière honteuse, et avec les sacrifices héroïques de ses braves fils, les ennemis de l’Éthiopie sont tombés tandis que la nation a pu se tenir avec confiance face à ce monde.

Le Premier ministre éthiopien a rappelé que « l’Allemagne, le Japon, la Corée et le Vietnam font partie des pays phares qui ont réussi à déjouer les crises qu’ils ont vécues en les affrontant avec une forte unité », notant que « ces pays figurent actuellement parmi les principaux modèles de leur force économique, système politique moderne, capacités et valeurs technologiques. » social civilisé, Abiy Ahmed a déclaré que « les ennemis de l’Éthiopie mènent la guerre sur deux fronts, le front de la guerre et le front diplomatique », appelant « ceux qui se soucient de la survie de l’Éthiopie, à affronter les deux fronts en s’abstenant d’analyser le complot et la peur inutile ».

  Hamdok : Il n'y a pas de réconciliation avec la « confrérie soudanaise »

Selon lui, « les relations diplomatiques traditionnelles ne sont pas le principal moyen d’avoir un impact. Par exemple, le monde occidental utilise les médias internationaux pour faire pression sur les pays qui les intéressent en menant des campagnes massives.

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Les plus lus

To Top