Politique

L’ex-président sud-africain libéré pour des raisons de « santé »

L'ex-président sud-africain libéré pour des raisons de "santé"

L’emprisonnement de Jacob Zuma en juillet dernier a provoqué des manifestations dans le pays, qui ont coûté la vie à plus de 300 personnes, alors que es autorités sud-africaines ont annoncé dimanche la libération conditionnelle de l’ancien président de prison pour des raisons de « santé », le département des services correctionnels a déclaré, dans un communiqué, que « l’ancien président emprisonné Jacob Zuma a obtenu une libération conditionnelle pour raisons médicales en raison de son état de santé ».

Le communiqué explique que « la libération conditionnelle pour raisons médicales de Zuma signifie qu’il achèvera le reste de sa peine dans le système de réforme communautaire existant du pays, où il doit se conformer à un ensemble spécifique de conditions, et sera soumis à une surveillance jusqu’à la fin de sa peine expire », l’administration a ajouté que « la décision a été motivée par un rapport médical qu’elle a reçu ».

La déclaration indiquait que « les prisonniers atteints d’une maladie en phase terminale, de paralysie ou de maladies qui entravent gravement leurs activités quotidiennes ou leurs soins personnels bénéficient d’une libération médicale conditionnelle ».

L’ancien président a passé quelques semaines à la prison d’Estcourt dans la province orientale du KwaZulu-Natal avant d’être transporté à l’hôpital où il a subi une intervention chirurgicale plus tard, selon le communiqué, qui n’a pas précisé le type d’opération, le 8 juillet, Zuma, 79 ans, s’est rendu aux autorités pénitentiaires, en exécution d’une peine de 15 mois de prison qui lui a été infligée pour outrage à la justice.

En conséquence, des manifestations ont éclaté, rejetant l’arrestation de l’ancien président, accusé d’avoir « détourné des fonds publics pendant les neuf années qu’il était au pouvoir », qui s’est soldée par la mort de plus de 300 personnes.

  Des hommes armés kidnappent des dizaines de fidèles dans une mosquée du nord-ouest du Nigeria
Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les plus lus

To Top