Politique

Amnesty International appelle le Tchad à « mettre fin à la campagne d’intimidation de l’opposition »

Amnesty International appelle le Tchad à "mettre fin à la campagne d'intimidation de l'opposition"

 

Amnesty International a déclaré qu’au moins 16 personnes avaient été tuées lors de manifestations au Tchad depuis l’arrivée au pouvoir du Conseil militaire de transition dans le pays, l’organisation a ajouté dans un communiqué qu’elle attend toujours les résultats des enquêtes sur les événements qui se sont déroulés dans le pays, qui ont conduit au meurtre de ces personnes.

L’organisation a exhorté le conseil militaire au pouvoir au Tchad à « mettre un terme à la campagne d’intimidation des voix de l’opposition », après que des manifestants ont été blessés et des dizaines ont été arrêtés lors des manifestations organisées dans le pays en fin de semaine, les autorités tchadiennes ont interdit samedi les manifestations appelées par la coalition d’opposition « Wakeet Tama », estimant qu’elles constitueraient un trouble à l’ordre public, mais des centaines de manifestants ont défié la décision et sont descendus dans les rues de la capitale, N’Djamena, Abdoulaye Diarra, chercheur spécialiste de l’Afrique centrale à Amnesty International, a déclaré que les forces de sécurité « ont tiré des gaz lacrymogènes, blessant de nombreuses personnes et arrêtant des dizaines de manifestants, qui ont été libérés le même jour ».

L’assassinat du président Idriss Deby Itno a été annoncé le 20 avril, à la suite de batailles avec les rebelles, afin que son fils, le général Mohamed Deby, prenne le pouvoir à la tête d’un conseil militaire de transition composé de 14 généraux fidèles à son père, après avoir dissous le gouvernement et le parlement et suspendu la constitution, Mohamed Deby a formé un comité spécial dirigé par l’ancien président tchadien Kokouni Oueddai, chargé de préparer la participation des groupes rebelles à un dialogue national global censé ouvrir la voie aux élections présidentielles et législatives.

  En Algérie, la justice est au service des généraux
Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les plus lus

To Top