Politique

L’Union africaine suspend la participation du Soudan à toutes ses activités

L'Union africaine suspend la participation du Soudan à toutes ses activités

L’Union africaine a ordonné la suspension de la participation du Soudan à toutes ses activités « avec effet immédiat », sur fond de « prise du pouvoir par l’armée soudanaise et de la dissolution du gouvernement de transition », cela est venu dans une déclaration qui a suivi les réunions tenues par l’Union pour discuter des derniers développements au Soudan, dans laquelle elle a condamné les mesures prises par l’armée envers le gouvernement d’Abdullah Hamdok.

Le communiqué a reconnu la suspension de la participation du Soudan à toutes les activités de l’UA jusqu’au rétablissement effectif de l’autorité de transition dirigée par des civils, il a indiqué que l’Union a dépêché une mission au Soudan pour participer à la recherche d’une solution amiable à l’impasse politique actuelle, dans sa déclaration, l’Union africaine a condamné ce qu’elle a appelé une « prise de contrôle militaire » de l’autorité civile au Soudan, « Nous condamnons fermement la prise de pouvoir de l’armée soudanaise et la dissolution du gouvernement de transition », a-t-il déclaré, soulignant le rejet par le syndicat de tout « changement anticonstitutionnel de gouvernement qui porte atteinte aux valeurs communes et aux normes démocratiques de l’Union africaine ».

Dans sa déclaration, le syndicat a souligné la « nécessité de mener un processus de transition dirigé par des civils et consensuel, conformément à la Déclaration constitutionnelle et à l’Accord de paix de Juba, ainsi qu’aux aspirations du peuple soudanais », il a expliqué que sa décision de suspendre la participation de Khartoum à ses propres activités restera en vigueur à moins que l’autorité de transition ne soit reprise par les civils au Soudan, dans ce contexte, l’Union a dans le même temps salué le fait que l’armée soudanaise ait autorisé le Premier ministre Abdalla Hamdok à rentrer chez lui, appelant à la libération immédiate des ministres et responsables civils détenus.

  Un organisme éthiopien de défense des droits humains demande la libération de 16 journalistes détenus
Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les plus lus

To Top