Politique

Le président libérien annonce l’acceptation de la démission de trois de ses collaborateurs après les pressions de l’opposition

Le président libérien annonce l'acceptation de la démission de trois de ses collaborateurs après les pressions de l'opposition

Le président libérien George Weah a accepté la démission de trois de ses plus proches collaborateurs accusés de corruption, a annoncé la présidence dans deux communiqués séparés publiés sur sa page Facebook officielle, M. Weah a décidé à la mi-août de suspendre les trois hauts fonctionnaires qui avaient été sanctionnés par l’administration américaine pour corruption liée à l’attribution de contrats d’une valeur de plusieurs millions de dollars et à des détournements de fonds présumés, il s’agit de Nathaniel McGill, ancien ministre des Affaires présidentielles et chef de cabinet du président, de Bill Towe, président de la National Ports Authority, et de Sima Sirinius Cephus, procureur général.

Nathaniel McGill a été sanctionné en août dernier par le Trésor américain, qui l’a accusé de « corruption de chefs d’entreprise, d’avoir accepté des pots-de-vin d’investisseurs potentiels » et « d’avoir accepté des pots-de-vin en échange de contrats avec des sociétés dans lesquelles il a des intérêts ». M. McGill « s’est emparé des biens publics pour son gain personnel », et « il a utilisé des seigneurs de la guerre pour menacer ses adversaires politiques », Sima Sirinius Cephus a été accusée d' »avoir noué des relations étroites avec des suspects dans le cadre d’enquêtes pénales », et d’avoir « reçu des pots-de-vin en échange de dossiers relatifs notamment au blanchiment d’argent ». Pendant ce temps, Bill Tuehway était accusé d’avoir « orchestré le détournement de 1,5 million de dollars pour un compte privé ».

Dans une lettre au président Weah, M. McGill a rejeté certaines des accusations et décrit d’autres comme « ambiguës ». M. Cefus a également envoyé une lettre au chef de l’État niant toutes les charges retenues contre lui, l’opposition et la société civile ont jugé « insuffisante » la réponse de George Weah à cette affaire très médiatisée et ont exigé le limogeage immédiat des responsables qui ont fait l’objet de sanctions américaines, le chef de l’opposition, Alexander Cummings, a déclaré: « Un simple commentaire ne suffit pas … il ne suffit pas de protéger le président de l’impression de plus en plus répandue parmi les gens qu’il est impliqué dans des crimes liés à la corruption ».

  L'opposition cherche à destituer Ramaphosa à cause du scandale de la "ferme"
Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les plus lus

To Top