Politique

Les dirigeants d’Afrique de l’Est déclarent un cessez-le-feu à l’est de la RDC

Les dirigeants d'Afrique de l'Est déclarent un cessez-le-feu à l'est de la RDC

Les dirigeants des pays africains ont déclaré un cessez-le-feu dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC) à partir de vendredi, visant spécifiquement à mettre un terme aux attaques du mouvement rebelle du 23 mars, ont-ils indiqué dans un communiqué, la déclaration a été faite par les dirigeants du Congo, du Rwanda, du Burundi, de l’Angola et de l’ancien président kényan Uhuru Kenyatta à l’issue d’un sommet tenu à Luanda dans le but de trouver des solutions à la crise dans l’est de la RDC, outre le cessez-le-feu, le communiqué indique que le Mouvement du 23 mars doit se retirer des territoires qu’il occupe ou faire face à l’intervention des forces régionales.

« Si le mouvement du 23 mars n’est pas retiré, les chefs d’Etat de la Communauté de l’Afrique de l’Est (EAC), autoriseront l’usage de la force pour contraindre le groupe à se conformer », indique le communiqué.

La déclaration publiée mercredi comprenait un accord pour mettre fin à tout soutien politique et militaire au Mouvement du 23 mars et à tous les autres groupes armés nationaux et étrangers dans la région, l’est du Congo fait face à une rébellion du Mouvement du 23 mars, un groupe rebelle qui, selon le gouvernement congolais, est soutenu par le Rwanda voisin. Le Rwanda nie cela, ce qui a provoqué une crise diplomatique majeure entre les deux pays ; un groupe d’experts de l’ONU a déclaré cette année qu’il disposait de « preuves solides » que les forces rwandaises combattaient aux côtés du M23 et lui fournissaient des armes et un soutien. Le Rwanda a également nié les allégations

  L'entrepreneur ghanéen Roberta Annan lance un fonds d'impact de 100 millions d'euros pour investir dans les industries créatives d'Afrique

Les sept pays de la Communauté de l’Afrique de l’Est, que le Congo a rejoints cette année, ont convenu en avril de former une force régionale pour aider à combattre les milices. L’Ouganda sera le troisième pays à déployer ses forces après le déploiement du Kenya et du Burundi.

Le président rwandais Paul Kagame et son homologue congolais Félix Tshisekedi se sont rencontrés à Luanda en juillet et ont convenu d’une cessation immédiate des hostilités et du retrait des combattants du M23 du Congo.

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les plus lus

To Top