Politique

Accusation de l’armée burkinabé et ses partisans d’avoir commis un massacre de civils

Accusation de l'armée burkinabé et ses partisans d'avoir commis un massacre de civils

Dans un communiqué, le « Groupe contre l’impunité et la stigmatisation », une organisation nationale de défense des droits de l’homme, a accusé les forces de défense et de sécurité burkinabé et leurs partisans civils d’avoir tué 20 personnes, le communiqué indique que « le groupe contre l’impunité et la stigmatisation des personnes a été informé d’allégations de cas de torture et d’exécutions sommaires de civils, qui ont eu lieu le 08 mars 2023 vers 9 heures dans le village de Tuesin-Volpe, dans le municipalité de Rolo, dans le district de Bam, dans la Province du Centre-Nord », notant que Ce village est habité par environ 340 personnes.

Le communiqué cite Daouda Diallo, un responsable de l’organisation non gouvernementale, qui a déclaré : « La perpétration de ce massacre a été attribuée à des membres des forces de défense et de sécurité et à des volontaires pour la défense de la patrie (un corps soutenant l’armée). Le bilan actuel fait état de 20 morts, dont une femme et trois enfants. Sept femmes seraient mortes. Elles ont été blessées, tandis que trois personnes sont toujours portées disparues. Il n’y a eu jusqu’à présent aucun commentaire de l’armée ou du gouvernement sur ces accusations, l’organisation non gouvernementale, s’appuyant sur des informations qu’elle a contrôlées auprès d’au moins cinq sources différentes, a révélé qu' »une centaine de membres des forces de défense et de sécurité et volontaires pour défendre la patrie, vêtus d’uniformes militaires, tous masqués et armés, seraient soupçonnés d’avoir pris d’assaut ledit village sur plusieurs camionnettes. » Et des motos ».

L’organisation a déclaré que ces personnes « ont rassemblé les villageois (hommes, femmes et enfants) et les ont assis au même endroit, avant de fouiller toutes les maisons sans trouver d’armes à feu ou quoi que ce soit d’autre de suspect. Ils ont incendié les maisons et les magasins d’alimentation, et tué un certain nombre de bétail. Et après cela, en quelques minutes, ils ont mis tous les mâles séparément, puis ont ouvert le feu sur eux.

  Les habitants accusent les forces gouvernementales d'avoir tué des civils à Oromia
Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les plus lus

To Top