Politique

L’Ethiopie accuse l’Egypte de « violer » les conventions internationales

L'Ethiopie accuse l'Egypte de "violer" les conventions internationales

L’Éthiopie a accusé l’Égypte de « violer » la Charte des Nations Unies et l’Acte constitutif de l’Union africaine, en réponse aux déclarations de son ministre des Affaires étrangères, Sameh Shoukry, concernant le barrage de la Renaissance, Addis-Abeba a condamné les déclarations de Shoukry, dans lesquelles il a déclaré : « Toutes les options sont ouvertes et toutes les alternatives restent disponibles, et l’Egypte a ses capacités et ses relations extérieures et a ses capacités », les déclarations de Shoukry sont intervenues à un moment où l’Éthiopie se préparait au quatrième remplissage du réservoir du barrage, sans parvenir à un accord avec les pays en aval, l’Égypte et le Soudan.

Le ministère éthiopien des Affaires étrangères a déclaré dans un communiqué qu’Addis-Abeba « rejette les déclarations irresponsables » attribuées au ministre égyptien des Affaires étrangères, qui constituent « une menace pour l’Éthiopie », elle a ajouté qu’une telle menace « constitue une violation flagrante de la Charte des Nations Unies et de l’Acte constitutif de l’Union africaine », le ministère des Affaires étrangères a estimé que les déclarations représentent également « une violation manifeste de l’accord de la Déclaration de principes sur le Grand barrage de la Renaissance éthiopienne, signé le 23 mars 2015 entre l’Éthiopie, l’Égypte et le Soudan », la déclaration a appelé l’Egypte « à cesser ses déclarations dures et illégales », bien qu’il n’y ait eu aucun commentaire égyptien immédiat sur la déclaration du ministère éthiopien des Affaires étrangères, dans ce contexte, Addis-Abeba a appelé toutes les parties concernées « à mettre en garde contre la violation flagrante par l’Egypte des principes des relations internationales », soulignant qu’aucun intérêt ne peut être atteint par « les menaces et l’intimidation ».

  L'Égypte retrace le voyage de la famille de Jésus à travers son pays pour le tourisme

D’autre part, le communiqué a souligné que traiter de bonne foi et dans le plein respect des principes du droit international rendra la solution à l’amiable entre les trois pays « disponible » lors des négociations parrainées par l’Union africaine, et il a poursuivi : « Une fois de plus, l’Éthiopie réitère ses appels aux parties pour qu’elles réengagent l’Union africaine et parviennent à une solution négociée sur le Grand barrage de la Renaissance éthiopienne », il a souligné qu’Addis-Abeba, pour sa part, est toujours attaché à un règlement bénéfique aux deux parties (Égypte et Éthiopie) sur cette question.

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les plus lus

To Top