Politique

Le chef de l’opposition sénégalaise reçoit une décision qui l’empêche de se présenter à la présidence

Le chef de l'opposition sénégalaise reçoit une décision qui l'empêche de se présenter à la présidence

Un homme politique de l’opposition sénégalaise bien connu a mis en doute la candidature à la présidence après qu’une cour d’appel lui a infligé une peine avec sursis plus sévère dans une affaire de diffamation, déclenchant une manifestation à Dakar qui a été réprimée par la police anti-émeute, la décision contre Osman Sonko est le dernier développement d’une longue saga juridique qu’il a dénoncée comme politiquement motivée, en mars, Sonko a été condamné à deux mois de prison avec sursis dans l’affaire de la diffamation du ministre du tourisme, une décision qui lui permet toujours de se présenter à la présidence lors des élections de février 2024.

Mais l’avocat Boubaker Cissé, qui représente Sonko, a déclaré que l’audience d’appel de lundi avait prolongé la peine avec sursis à six mois, Moussa Diaw, maître de conférences en sciences politiques à l’Université Gaston Berger de Saint-Louis, au Sénégal, a déclaré que si Sonko n’annule pas la nouvelle décision, cela l’empêchera probablement de se présenter en vertu de la loi électorale sur l’éligibilité des candidats.

« Si ce verdict est définitif, alors sa candidature ne sera sûrement pas acceptée », a déclaré Diaw. « Cela pourrait porter un coup sévère au dialogue politique ». à la cour Suprême, la sanction antérieure a été interprétée comme une tentative des autorités de désamorcer les tensions avec les partisans de Sonko, qui sont descendus dans la rue à plusieurs reprises pour protester, irrités par le ressentiment croissant dans certains milieux face à l’échec du président Macky Sall à exclure un troisième mandat, la constitution du Sénégal n’autorise que deux mandats, mais certains craignent que Sall n’utilise un amendement final à la constitution pour réinitialiser son mandat, qui se termine en 2024, lui permettant de se représenter.

  Le bilan des affrontements entre la police et l'opposition au Sénégal s'élève à 15 morts

Sonko, qui a terminé troisième aux élections de 2019, est influent parmi les jeunes sénégalais, dont beaucoup sont au chômage, après la décision de lundi, des étudiants de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar ont lancé des pierres sur des dizaines de policiers anti-émeute rassemblés devant le campus, qui ont tiré des gaz lacrymogènes en réponse. Les escarmouches pourraient annoncer plus de troubles à l’avenir alors que les problèmes juridiques de Sonko se poursuivent.

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les plus lus

To Top