Politique

Le dirigeant de l’Algérie passe des bras de Macron à ceux de Poutine

Le dirigeant de l'Algérie passe des bras de Macron à ceux de Poutine

Après avoir visité la France et offert ses devoirs de loyauté et d’obéissance, le dirigeant de l’Algérie, le général Saïd Chengriha, chef d’état-major de l’armée algérienne, se prépare pour une visite officielle dans la capitale russe, Moscou, et selon des sources, la visite de Chengriha vient sur convocation du président russe Poutine, et il peut s’agir d’une visite officielle ou secrète qui ne dépasse pas une journée.

C’est ce qui est annoncé pour la visite, mais il n’est pas annoncé que l’arrivée de Chengriha, qui est connu pour son financement important des groupes terroristes en Afrique, dans la capitale russe, accompagné d’une importante délégation, est de mettre la touche finale sur un énorme contrat d’armement pour fournir à l’armée algérienne un arsenal des dernières armes russes, et dans ce contexte, de nombreuses sources ont mentionné que le commandant de l’armée algérienne se rendra en Russie pour conclure un accord dans lequel Moscou fournira à l’Algérie des chasseurs furtifs Sukhoi 57 , qui comptent parmi les avions de combats russes les plus avancés, et l’Algérie est considérée comme l’un des premiers pays au monde à souhaiter en acquérir, les mêmes sources ont déclaré que Chengriha aimerait également obtenir des chasseurs à réaction Su-35 et des bombardiers Su-34.

Les mêmes sources ont indiqué que l’accord d’armement russe avec l’Algérie est une réponse de cette dernière à un précédent accord réussi pour le Maroc avec les États-Unis d’Amérique, selon lesquels il a acquis des lanceurs de missiles HIMARS, et quelques mois auparavant, un escadron d’avions de chasse F-16 s’était ajouté à d’autres escadrons du même modèle, 400 lanceurs de missiles antichars TOW et environ 2 400 missiles TOW, et certains de ces lanceurs fonctionnent par différents systèmes de guidage qui sont plus récents et précis, le nouveau contrat d’armement pour l’armée algérienne intervient à un moment où l’Algérie souffre d’une crise économique suffocante et de pressions financières croissantes après la baisse des revenus pétroliers et gaziers, qui a poussé le gouvernement à annoncer une deuxième réduction des dépenses publiques pour l’année 2023, pour augmenter la réduction de 30 à 50%, et la situation s’est aggravée après la vague mondiale des prix alimentaires et la baisse de la demande pour le gaz et le pétrole algérien, mais le plus dangereux, ce sont les sanctions américaines contre l’Algérie après la conclusion de l’accord.

  Turquie : Notre commerce avec l'Afrique est passé de 4,5 milliards de dollars à 45 milliards de dollars

 

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les plus lus

To Top