Politique

Tchad : Nous sommes prêts à fournir tout le nécessaire pour rétablir la sécurité au Soudan

Tchad : Nous sommes prêts à fournir tout le nécessaire pour rétablir la sécurité au Soudan

Le Tchad a annoncé qu’il était entièrement prêt à fournir tout le nécessaire pour rétablir la sécurité et la stabilité au Soudan, cela s’est produit lors d’un discours du président tchadien Mohamed Idriss Deby, lorsqu’il a reçu Dafallah Al-Haj Ali, l’envoyé du chef du Conseil de souveraineté soudanais, Abdel Fattah Al-Burhan, dans la capitale tchadienne, N’Djamena, selon un déclaration du Conseil de souveraineté de transition.

Deby, selon le communiqué, a exprimé les regrets de son pays face aux événements actuels au Soudan, exprimant la solidarité « absolue » de son pays avec lui, de son côté, l’émissaire d’Al-Burhan a donné au président tchadien « une explication sur les derniers développements de la situation au Soudan, et l’a remercié pour sa sage décision de fermer les frontières soudano-tchadiennes face aux forces négatives qui nuisent à la sécurité et stabilité des deux pays», mardi soir, l’Arabie saoudite et les États-Unis ont annoncé avoir informé les deux parties au conflit au Soudan (l’armée et Rapid Support) de l’existence de rapports faisant état d’une violation de l’accord de cessez-le-feu signé à Djeddah il y a quelques jours, appelant aux deux parties de respecter ce qui a été signé, lundi soir, l’accord de cessez-le-feu prévu pour une semaine est entré en vigueur, au milieu de tirs sporadiques et des forces de « soutien rapide » stationnées dans leurs zones de contrôle dans plusieurs rues de la capitale.

Depuis le 15 avril, le Soudan connaît de violents affrontements entre l’armée dirigée par Abdel Fattah al-Burhan et les Forces de soutien rapide dirigées par Muhammad Hamdan Dagalo, « Hamidti », qui comprend la capitale, Khartoum, et d’autres villes du nord et de l’ouest du pays, à la suite de différends entre eux, qui ont fait de nombreux morts et blessés et provoqué une crise humanitaire dans le pays.

  Amnesty International demande l'ouverture d'une enquête sur le meurtre de manifestants au Tchad
Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les plus lus

To Top