Politique

Le Niger ferme son espace aérien pour empêcher toute ingérence militaire étrangère

Le Niger ferme son espace aérien pour empêcher toute ingérence militaire étrangère

Le Niger a fermé son espace aérien jusqu’à nouvel ordre, invoquant la menace d’une intervention militaire du bloc régional ouest-africain (CEDEAO) après que les putschistes ont rejeté un délai pour renvoyer le président déchu du pays, « Face à la menace d’ingérence, qui est devenue plus apparente… l’espace aérien nigérian est fermé à partir d’aujourd’hui », a déclaré le représentant de la junte dans un communiqué diffusé à la télévision nationale dimanche soir. Il a déclaré qu’il y avait eu un pré-déploiement de forces dans deux pays d’Afrique centrale en préparation de l’intervention, mais n’a donné aucun détail.

Le communiqué ajoute que toute tentative de violation de l’espace aérien entraînera une « réponse forte et immédiate », notant que « les forces armées nigérianes et toutes nos forces de défense et de sécurité, soutenues par le soutien continu de notre peuple, sont prêtes à défendre notre intégrité territoriale ».

Plus tôt, des milliers de partisans de la junte ont afflué vers un stade de Niamey, la capitale, jubilatoire de sa décision de ne pas céder aux pressions extérieures pour se retirer dimanche après avoir pris le pouvoir le 26 juillet, dimanche, quelque 30 000 partisans du coup d’État se sont rassemblés dans la capitale, Niamey, dans une démonstration de force, agitant les drapeaux du Niger, de la Russie et du Burkina Faso, quelques heures avant l’expiration du délai, un jeune homme a scandé « Aujourd’hui, c’est notre véritable fête de l’indépendance », tandis que la foule scandait « A bas la France, à bas la CEDEAO », menaçant les putschistes d’intervenir militairement. Des membres du « Conseil national pour la protection de la Nation » sont arrivés au stade dans un convoi de véhicules tout-terrain et ont été chaleureusement accueillis par la foule, le général Mohamed Tomba, troisième homme de la junte, s’est adressé à la foule pour dénoncer « ceux qui se cachent dans l’ombre » et qui « projettent de saboter la marche en avant du Niger », ajoutant : « Nous sommes conscients de leur plan machiavélique ».

  Le président gambien appelle les dirigeants politiques à unir le peuple
Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les plus lus

To Top