Politique

Washington exprime son inquiétude face aux meurtres visant des civils en Ethiopie

Washington exprime son inquiétude face aux meurtres visant des civils en Ethiopie

Aujourd’hui, vendredi 9 février, les États-Unis ont exprimé leur vive préoccupation face aux informations faisant état de « meurtres ciblés de civils » dans une ville du nord de l’Éthiopie et ont exhorté les autorités à autoriser les observateurs des droits de l’homme à entrer dans la région.

Les meurtres signalés dans la ville de Merawi, dans la région d’Amhara, surviennent quelques mois après des affrontements l’année dernière entre l’armée éthiopienne et une milice d’« autodéfense » connue sous le nom de Fano.

L’ambassade américaine à Addis-Abeba a déclaré vendredi dans un message publié sur le site Internet « X » que « le gouvernement américain est profondément préoccupé par les informations faisant état d’assassinats ciblés de civils dans la ville de Merawi, dans l’État régional d’Amhara » et a appelé à « des droits de l’homme indépendants ». les observateurs doivent avoir un accès sans entrave, ainsi que mener une enquête impartiale pour garantir que les auteurs soient traduits en justice, la déclaration évoque également « de nombreux rapports inquiétants faisant état d’autres violations et abus ailleurs en Éthiopie, ainsi que des rapports indiquant l’implication d’organismes gouvernementaux et non gouvernementaux », l’ambassade a appelé toutes les parties à entamer un dialogue, de son côté, le Service de communication du gouvernement fédéral a décliné la demande de commentaires de l’Agence France-Presse, de son côté, la Commission éthiopienne des droits de l’homme, qui avait précédemment alerté sur des violations en Amhara, a confirmé vendredi à l’Agence France-Presse qu’elle « enquêtait toujours sur cette affaire ».

Les Fano s’estiment trahis par l’accord de paix signé par le premier ministre Abiy Ahmed en novembre 2022 avec les chefs rebelles de la région voisine du Tigré. Ils sont des opposants de longue date aux nationalistes amhara qui revendiquent des « terres ancestrales » administrativement liées au Tigré, au cours du conflit de deux ans au Tigré, les forces Amhara ont fourni une assistance à l’armée fédérale contre les rebelles du Tigré. En avril 2023, le gouvernement fédéral a tenté de désarmer les forces Fano et Amhara, déclenchant un nouveau conflit, depuis, la milice Fano a intensifié ses opérations contre l’armée fédérale.

  Le président de transition du Mali s'engage à rétablir l'ordre constitutionnel et à lancer un dialogue national
Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les plus lus

To Top