Politique

La Somalie annonce qu’elle rejettera et résistera à la mise en œuvre de l’accord entre l’Éthiopie et le Somaliland

La Somalie annonce qu'elle rejettera et résistera à la mise en œuvre de l'accord entre l'Éthiopie et le Somaliland

Le président somalien Hassan Sheikh Mohamud a déclaré que son pays « se défendrait » si l’Éthiopie concluait un accord pour établir une base navale dans la région séparatiste du Somaliland et reconnaissait peut-être la région comme un État indépendant, « Si l’Éthiopie insiste, la Somalie résistera et rejettera », a déclaré Mohamud lors d’un entretien au palais présidentiel fortement fortifié de Mogadiscio. Il a ajouté : « S’ils entrent dans le pays, la Somalie fera tout ce qui est en son pouvoir pour se défendre ». Il n’a pas donné plus de détails sur les mesures que la Somalie pourrait prendre.

Il a déclaré qu’il n’accepterait de discuter de cette question avec le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed que lorsque le gouvernement d’Addis-Abeba renoncerait à son intention de « s’emparer d’une partie de notre pays ». Il a ajouté qu’il n’envisageait pas d’expulser environ trois mille soldats éthiopiens stationnés en Somalie dans le cadre de la mission de maintien de la paix de l’Union africaine combattant les militants d’Al-Shabaab liés à Al-Qaïda, l’Éthiopie a déclaré vouloir établir une base navale au Somaliland, une région que la Somalie affirme posséder, bien que la région du nord jouisse d’une autonomie de facto depuis 1991, et a proposé en échange une éventuelle reconnaissance du Somaliland, déclenchant une réponse de défi de la part de la Somalie et du Somaliland par craintes que l’accord pourrait déstabiliser davantage la Corne de l’Afrique, Abiy avait précédemment déclaré que l’Éthiopie n’avait pas l’intention de déclencher un conflit avec la Somalie et qu’elle essayait simplement de satisfaire son besoin d’accès à la mer. La Corne de l’Afrique est le théâtre de conflits récurrents, alimentant les crises humanitaires dans les zones sujettes à la sécheresse, l’Éthiopie et la Somalie voisines se sont battues pour le territoire de 1977 à 1978 et 1982. Les analystes et les diplomates craignent que le retrait des forces éthiopiennes n’entraîne une déstabilisation accrue en Somalie. La Somalie et plusieurs pays occidentaux, dont les États-Unis, qui lancent régulièrement des frappes contre des militants en Somalie, ont déclaré que l’accord sur le port éthiopien avait stimulé les efforts de recrutement d’Al-Shabab.

  Une délégation malienne s'est rendue en Guinée pour renforcer les relations de coopération entre les deux pays
Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les plus lus

To Top