Politique

C’est ainsi que le régime algérien vole des organes humains à des réfugiés africains dans les camps de Tindouf

C'est ainsi que le régime algérien vole des organes humains à des réfugiés africains dans les camps de Tindouf

Des dizaines de milliers de réfugiés africains ont fui pour sauver leur vie des guerres qui faisaient rage dans leur pays vers la terre de transit algérienne et de là vers l’Europe, où ils se sentent à l’abri du vol de leurs organes, comme le régime des généraux l’a fait avec eux en Algérie, qui volait leurs organes et les tuait, puis des milliers d’enfants africains ont été tués dans les camps de Tindouf et leurs organes volés…

 

De nombreuses enquêtes ont enlevé la couverture sur un marché noir dans les camps de Tindouf dédié à la capture des groupes les plus vulnérables pour leur donner de petites sommes après le prélèvement de leurs organes, et parmi ceux ciblés figurait Abdallah Keita du Mali, qui a fui la guerre civile et lutte aujourd’hui avec le métier de forgeron en Algérie et gagne 100 dollars par mois pour nourrir sa famille, Abdallah Keita a déclaré que lorsque l’armée algérienne l’a arrêté aux frontières du Mali, il a été emmené dans les camps de Tindouf une semaine plus tard, un officier algérien est venu le voir et lui a dit qu’il y avait une association qui donne de l’argent pour des organes humains, alors que Keita faisait face à de graves difficultés financières, il a convenu avec l’officier algérien de vendre l’un de ses reins pour 6 mille dollars, et l’officier lui a dit que ce montant l’emmènerait en, Keita a ajouté que L’officier algérien n’a payé que la moitié du montant convenu et a disparu après avoir pris le rein et déconnecté le numéro de téléphone qu’il utilisait pour communiquer avec lui, sinon Keita dit qu’il n’a pas reçu de soins médicaux adéquats après l’opération et qu’il ressent toujours de la douleur, alors qu’une mère nigérienne qui élève seule trois enfants a raconté qu’elle a dû vendre la moitié de son foie pour quatre mille dollars pour payer la nourriture dans les camps de Tindouf, et les enquêtes indiquent que le processus de vente d’organes est toujours florissant dans les camps de Tindouf et qu’on exploite la pauvreté et la faim des réfugiés africains qui vivent dans des conditions déplorables, ils n’ont peut-être pas de toit au-dessus de leur tête, ils n’ont peut-être pas de nourriture pour satisfaire leur faim certaines nuits, alors ils n’ont pas le choix, pensant que s’ils meurent, au moins ils pourront économiser de l’argent pour leurs familles, toute cela se passe sur le sol Algérien  devant un terrible silence international.

  António Guterres condamne les attentats terroristes du groupe "Codeco" au Congo
Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les plus lus

To Top