Politique

Les dirigeants africains de la sécurité cherchent des moyens de lutter contre la circulation illicite des armes légères et de petit calibre

Les dirigeants africains de la sécurité cherchent des moyens de lutter contre la circulation illicite des armes légères et de petit calibre

Les responsables africains de la sécurité se sont joints aux efforts mondiaux visant à endiguer le flux d’armes légères et de petit calibre illicites qui alimentent une grande partie de la violence qui sévit dans de nombreux pays du continent, lors de réunions à Nairobi, la capitale du Kenya, et à Lomé, la capitale du Togo, les responsables de la sécurité ont participé à la pose de la première pierre d’une stratégie internationale visant à contrôler le mouvement des armes légères et de petit calibre afin de réduire leur disponibilité.

”Le commerce illégal des armes légères ne respecte pas l’inviolabilité des frontières, ne respecte aucune loi, nous devons renforcer nos efforts de coopération aux niveaux régional et international », a déclaré Raymond Omolo, ministre de l’Intérieur du Kenya. ”Les armes légères et de petit calibre continuent de faire des ravages dans les sociétés, d’alimenter les conflits, de détruire la paix et la stabilité et d’entraver le développement socio-économique sur le continent africain », a ajouté Omolo, Izumi Nakamitsu, présidente de la Commission du désarmement des Nations Unies, a déclaré lors de la conférence de Nairobi: ”Dans ce paysage géopolitique qui comporte de nombreux dangers à de nombreux niveaux, la prolifération illicite, le détournement et l’utilisation abusive des armes légères et de petit calibre sont l’un des facteurs les plus importants contribuant à la perpétuation d’une grande quantité de souffrances humaines que nous voyons dans le monde“, les responsables de la sécurité affirment que cela facilite la circulation des armes d’un État à un autre et d’un groupe à un autre en raison de la facilité de franchir les frontières et du laxisme de l’application de la loi. Les experts estiment que cela nécessite un renforcement de la sécurité aux frontières et une intensification de la coopération entre les États afin de ralentir le flux d’armes légères et de petit calibre.

  Africains : renverser les tyrannies civiles et technologiques

Les responsables de l’Union africaine discutent d’une politique visant à garantir que le continent suive une approche unifiée de la question de la prolifération de ces armes, et ils disent que le programme nécessite des fonds et de nouvelles technologies pour retracer les armes de la source de leur fabrication à leurs utilisateurs.

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les plus lus

To Top