Politique

Rapport de l’ONU: l’insécurité atteint son plus haut niveau depuis des années en RDC

Rapport de l'ONU: l'insécurité atteint son plus haut niveau depuis des années en RDC

Le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Volker Turk, a déclaré que les coûts de la situation en République démocratique du Congo pour la population sont “catastrophiques”, alors que le conflit armé endémique se poursuit, en particulier dans l’est du pays, le Haut Commissaire a déclaré que l’absence d’autorité de l’État sur de vastes étendues de territoire avait “ouvert la voie à des niveaux brutaux de violence et d’attaques”. Il a souligné que l’insécurité est  » alimentée par une montagne de défis apparemment insurmontables”, notamment la corruption généralisée et la course entre de multiples parties pour contrôler et exploiter les richesses naturelles du pays.

Il s’est dit gravement préoccupé par le débordement du conflit et de la violence de la République démocratique du Congo dans la région, ainsi que par la participation active d’autres acteurs régionaux dans l’est du pays.

Depuis le début du mois d’octobre 2023, le Bureau conjoint des Nations Unies aux droits de l’homme a documenté plus de deux mille violations et atteintes aux droits de l’homme à travers le pays, y compris des abus et exploitations sexuels et des exécutions extrajudiciaires, entre autres. Près de la moitié d’entre eux ont été commis dans la province du Nord-Kivu, où plus de 2,5 millions de personnes ont déjà été déplacées depuis février 2022, ces violations ont été commises par des groupes armés – y compris le mouvement du 23 mars – et l’armée congolaise et ses groupes affiliés. « Bon nombre de ces graves violations des droits de l’homme peuvent constituer des crimes brutaux, et les auteurs présumés et leurs complices doivent être tenus responsables”, a déclaré Turk, alors que la mission de maintien de la paix des Nations Unies dans le pays (MONUSCO) entame son retrait cette année en vertu de l’accord entre le gouvernement congolais et l’ONU, le Haut Commissaire a exhorté les autorités à assumer leur responsabilité de protéger les civils. “Sans un renforcement rapide des Forces armées nationales dans les zones où les populations dépendent de la mission de la MONUSCO, les groupes armés pourraient combler le vide sécuritaire, avec de graves conséquences pour les civils”, a-t-il déclaré.

  Le Mali dément le déploiement d'éléments d'une société de sécurité russe dans le pays
Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les plus lus

To Top