Politique

L’Égypte informe l’UA de son adhésion à la conclusion d’un accord avant le remplissage du «barrage de la Renaissance»

L'Égypte informe l'UA de son adhésion à la conclusion d'un accord avant le remplissage du «barrage de la Renaissance»

Le président égyptien Abdel Fattah El-Sissi a assuré jeudi à l’Union africaine que son pays s’était engagé à conclure un accord avant le deuxième remplissage du «barrage de la Renaissance» éthiopien «afin de préserver la stabilité régionale».

Cela s’est produit lors d’un appel téléphonique passé par Sissi avec Félix Tshisekedi, président de la République démocratique du Congo, l’actuel président de l’Union africaine, selon un communiqué de la présidence égyptienne.

L’Éthiopie insiste pour commencer le deuxième remplissage du «barrage de la Renaissance» en juillet prochain, tandis que l’Égypte et le Soudan adhèrent pour parvenir d’abord à un accord tripartite. Afin de préserver leur part annuelle de l’eau du Nil, au milieu des négociations bloquées menées par l’Union africaine pendant des mois.

La déclaration de la présidence égyptienne a indiqué que Sissi avait affirmé lors de l’appel, «la position ferme de l’Égypte sur la nécessité de parvenir à un accord juridique contraignant concernant les règles de remplissage et d’exploitation du barrage avant la prochaine saison des pluies (début juillet prochain).

Il a attribué cette position à «la préservation des droits sur l’eau des pays en aval et la préservation de la stabilité régionale».

Al-Sissi a affirmé le soutien de l’Égypte à la proposition soudanaise de former un quatuor international sous la présidence de l’Union africaine pour arbitrer cette question.

Le 24 février, l’Égypte a annoncé son soutien à la proposition du Soudan, publiée il y a quelques jours à l’époque, de former une médiation internationale quadripartite, qui comprend les Nations Unies, l’Union européenne et les États-Unis, ainsi que l’Union africaine. . Pour résoudre les négociations sur le barrage bloquées pendant environ 10 ans.

  Dans quelle mesure l'Égypte bénéficie-t-elle des échanges commerciaux en devises locales ?

Mardi, la porte-parole du ministère éthiopien des Affaires étrangères, Dina Mufti, a déclaré lors d’un point de presse qu’Addis-Abeba « adhère aux négociations qui ne sont parrainées que par l’Union africaine ».

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les plus lus

To Top