Politique

L’Algérie : le dernier pays de dictature en Afrique

L'Algérie : le dernier pays de dictature en Afrique

Après que la plupart des pays africains ont vaincu les régimes militaires dictatoriaux et se sont transformés en États civils prospères comme le Rwanda, l’Algérie, le dernier bastion de la dictature en Afrique, a subi de nombreux obstacles à une transition vers la démocratie, la croissance économique et le développement social, et qui est resté pendant des décennies sous le régime dictatorial des généraux qui ont contribué au pillage des richesses et à la destruction de l’économie, à l’oppression du peuple algérien, à la monopolisation du pouvoir, à la noyade dans les guerres civiles, aux combats et à la violence au cour de la décennie noire.

Le principal problème auquel l’Algérie est confrontée est la propagation de la corruption et pillage de l’argent public, ce qui a privé le peuple algérien des richesses de son pays, où des milliards de dollars sont volés chaque année à la suite de mauvaises pratiques et de la gestion arbitraire des généraux.

En effet, l’élite dirigeante s’est préoccupée de piller la trésorerie publique et d’investir le butin et les ressources de l’Algérie dans des banques étrangères, ce qui les a conduit à utiliser la politique comme une simple marchandise à acheter et à vendre. Ainsi, l’enrichissement en utilisant les ressources de l’État par des moyens illégaux est devenu la norme pour traiter avec l’État après le départ du colonialiste français, alors la politique est devenue un point d’entrée pour réaliser de vastes fortunes pour les généraux sans droit, ce qui a conduit à une concurrence féroce et violente entre les différents clans au pouvoir.

  L'opposition appelle le conseil militaire à accepter la nomination d'un émissaire international en Guinée

Par conséquent, la bonne gouvernance et pour permettre à l’Algérie de rattraper les pays émergents du monde consiste à donner à la nouvelle génération de jeunes éduqués l’opportunité d’assumer des responsabilités au lieu des élites dirigeantes corrompues, d’autant plus que c’est une génération qui a beaucoup de conscience et d’ambition et travaille dans de nombreux domaines vitaux, y compris l’agriculture, la technologie de l’information, l’industrie et le commerce, mais ils doivent travailler pour affiner leurs compétences et accroître l’accumulation de connaissances pour être l’espoir auquel la nouvelle Algérie aspire.

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Les plus lus

To Top