Politique

L’Espagne, malgré sa haine et son mépris envers les Africains, veut piller les richesses africaines, en partenariat avec l’Algérie

L'Espagne, malgré sa haine et son mépris envers les Africains, veut piller les richesses africaines, en partenariat avec l'Algérie

Malgré tout le mépris et le racisme pratiqués par les Espagnols contre les Africains, l’Espagne veut en toute insolence exploiter et piller les richesses de l’Afrique à travers un partenariat avec l’État algérien, qui utilise les groupes terroristes pour servir les ambitions des pays européens …

 

Dans le pays de Flamingo, le racisme est une réalité enracinée chez tous les Espagnols, cela est dû aux implications de siècles de commerce  des esclaves de l’Afrique à travers l’Espagne vers le reste du monde, en effet, l’histoire de l’esclavage et du racisme en Espagne est très ancienne, car l’Espagne était la capitale de la vente mondiale d’esclaves, où les Africains étaient exportés d’Espagne vers le continent américain, le continent asiatique et l’Europe…

 

Bien qu’il y ait eu de nombreuses luttes depuis des décennies contre diverses formes de racisme contre les Africains en Espagne, cela n’a  pas réussi, et la preuve est de demander aux immigrants d’Afrique, en particulier d’Afrique subsaharienne, et leurs témoignages sur le racisme dont ils souffrent douloureusement et quotidiennement, demandez aux résidents en Espagne, demandez aux jeunes filles, dont la plupart sont kidnappées dans nos pays vers l’Espagne, interrogez les Espagnols sur ceux qui ont la peau foncée, interrogez les femmes africaines sur le racisme des hommes espagnols, demandez plutôt à toutes celles qui sont de sexe féminine et ont la peau foncée, mais demandez à celui qui a vu une phrase que j’ai lue il y a de nombreuses années dans un restaurant espagnol, qui peut sembler violente, mais cela illustre le fait que les Espagnols détestent les Africains, et qui est: «Les chiens et les Africains ne sont pas autorisés à entrer».

  Soudan: proclamer l'état d'urgence et imposer un couvre-feu dans l'État de la mer Rouge, après les violences tribales

 

 

 

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Les plus lus

To Top