Politique

L’Éthiopie parle d ‘ »obstruction » aux pourparlers sur le barrage de la Renaissance à « Kinshasa »

L'Éthiopie parle d '"obstruction" aux pourparlers sur le barrage de la Renaissance à "Kinshasa"

Le ministère éthiopien des Affaires étrangères a annoncé mardi que l’Égypte et le Soudan avaient « fait obstruction » aux discussions dans la capitale congolaise, Kinshasa, concernant le barrage du Grand Renaissance, cela est venu dans une déclaration du ministère éthiopien des Affaires étrangères, suivi d’un démenti égyptien de la validité de cela par le ministre des Affaires étrangères Sameh Shoukry dans des déclarations télévisées, quelques heures après avoir accusé Addis-Abeba de «contrecarrer» les négociations.

Dans le même communiqué, le ministère éthiopien des Affaires étrangères a déclaré que des réunions ministérielles se sont tenues dimanche et lundi entre Addis-Abeba, Le Caire et Khartoum, à Kinshasa, à propos du barrage du Grand Renaissance sous les auspices de l’Union africaine, elle a ajouté: « L’Égypte et le Soudan ont rejeté le projet final, appelant à un rôle d’observateurs pour remplacer les trois pays et l’Union africaine », faisant référence à la médiation du Quatuor (l’Union africaine, l’Union européenne, les Nations Unies et Washington), elle a affirmé qu’elle « ne peut pas conclure un accord qui la priverait de ses droits d’utiliser le Nil ».

L’Éthiopie s’attend à ce qu’une réunion sur le barrage de la Renaissance reprenne dans la troisième semaine de ce mois, à l’invitation de l’Union africaine, selon le même communiqué, lors d’entretiens téléphoniques avec des chaînes privées égyptiennes par satellite, Shoukry a confirmé mardi soir que « la partie éthiopienne s’obstine et fait obstacle à tout effort, et que l’Égypte et le Soudan ont fourni beaucoup de flexibilité dans les négociations », indiquant que le Caire et Khartoum iront aux parties internationales.

  Éthiopie, des centaines de milliers de personnes protestent contre "l'intervention américaine"

Il a souligné que son pays n’avait reçu aucune notification de l’Union africaine concernant de nouvelles négociations pour le barrage de la Renaissance, notant que « la déclaration éthiopienne sur les négociations de Kinshasa sur le barrage n’a rien à voir avec la vérité », plus tôt mardi, les ministères des Affaires étrangères égyptien et soudanais ont déclaré dans des déclarations séparées que les pourparlers de Kinshasa s’étaient terminés sans « progrès ».

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Les plus lus

To Top