Politique

Des experts des droits de l’homme dénoncent la répression « brutale » lors des élections en Ouganda

Des experts des droits de l'homme dénoncent la répression "brutale" lors des élections en Ouganda

Des experts indépendants des droits de l’homme de l’ONU ont condamné le meurtre de plus de 50 personnes par des «méthodes policières brutales» liées aux élections nationales contestées en Ouganda en janvier dernier, dans un communiqué exhortant les autorités à enquêter sur toutes les violations des droits de l’homme, les neuf experts ont déclaré: « Nous sommes particulièrement préoccupés par les informations faisant état d’une répression généralisée et en cours contre les dirigeants de l’opposition et leurs partisans ».

Ils ont attiré l’attention sur des allégations d’exécutions extrajudiciaires, d’arrestations et de détentions arbitraires, de disparitions forcées, de torture et de mauvais traitements, de déni de procédure judiciaire et d’atteintes à la liberté d’expression et de réunion pacifique, les experts ont déclaré que des milliers de personnes avaient été arrêtées et que certaines avaient été relâchées par la suite, tandis que d’autres avaient été torturées avant d’être déférées devant les tribunaux militaires. Ils ont ajouté que certaines familles ignorent toujours le sort et le sort de leurs membres.

Les experts indépendants ont souligné: «Il est honteux que ceux qui recherchent des informations sur leurs proches disparus de force soient vengés et arrêtés», dans un appel aux autorités pour qu’elles mettent fin à la répression en cours contre l’opposition politique – y compris l’utilisation de balles réelles sans avertissement – les experts ont également exigé que le sort des opposants politiques soit révélé, ils ont déclaré: « Nous exhortons le gouvernement ougandais à prendre toutes les mesures nécessaires pour mettre fin à la rétention d’informations relatives aux détenus dans le contexte des élections générales, car il s’agit d’une pratique similaire à la disparition forcée et à révéler leur sort et leur lieu de séjour ».

  Un appel au Conseil de sécurité pour mettre fin au processus électoral en Somalie

En soulignant le cas de l’éminent leader de l’opposition et candidat à la présidentielle, l’artiste Robert Kyagolani, 39 ans, connu sous le nom de Bobby Wayne, les experts ont déclaré que sa position sur «l’assignation à résidence arbitraire» depuis le début de l’année était la preuve de «tactiques répressives flagrantes» et l’absence de procédures légales.

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Les plus lus

To Top