Politique

L’Érythrée reconnaît la présence de ses forces dans la province éthiopienne du Tigré

L'Érythrée reconnaît la présence de ses forces dans la province éthiopienne du Tigré

L’Érythrée a déclaré vendredi au Conseil de sécurité de l’ONU qu’elle avait accepté de commencer à retirer ses forces de la région de Tigré en Éthiopie, lors de la première reconnaissance publique de son implication dans le conflit dans ce pays, l’aveu est venu dans une lettre adressée au Conseil de sécurité et publiée par le ministère de l’Information érythréen sur son site Web, un jour après que le responsable de l’aide des Nations Unies, Mark Lowcock, a déclaré que l’organisation internationale n’avait encore reçu aucune preuve du retrait de l’Érythrée.

«Le danger imminent ayant largement disparu, l’Érythrée et l’Éthiopie ont convenu, au plus haut niveau, de lancer le processus de retrait des forces érythréennes et le redéploiement simultané des unités éthiopiennes le long des frontières internationales», a écrit Sophia Tesfamerim, ambassadrice d’Érythrée à la Les Nations Unies.

Les forces érythréennes apportaient leur soutien aux forces du Gouvernement fédéral éthiopien face au parti qui dirigeait au Tigray dans un conflit qui a débuté en novembre dernier, mais jusqu’à présent, l’Érythrée a nié à plusieurs reprises la présence de ses forces dans cette région montagneuse.

Le mois dernier, le Premier Ministre éthiopien Abiy Ahmed a reconnu la présence d’un Érythréen dans son pays et, à l’époque, les Nations Unies et les États-Unis ont appelé au retrait des forces érythréennes du Tigré.

Lowcock a déclaré jeudi au Conseil de sécurité de l’ONU: « Ni les Nations Unies ni aucune des agences d’aide avec lesquelles nous travaillons n’ont vu aucune preuve du retrait des forces érythréennes … Mais nous avons entendu des rapports selon lesquels des soldats érythréens portent désormais l’uniforme de les forces de défense éthiopiennes ».

  Grande polémique en Algérie en raison de la divulgation de documents militaires secrets

Le conflit a fait des milliers de morts et contraint des centaines de milliers de personnes à fuir leurs maisons dans la région d’environ 5 millions de personnes.

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Les plus lus

To Top