Société

Après les avoir violées et tuées…les hyènes dévorent les corps de filles au Tigré, en Ethiopie

Après les avoir violées et tuées...les hyènes dévorent les corps de filles au Tigré, en Ethiopie

Le journal britannique « The Guardian » a révélé, vendredi, que « la mauvaise situation dans la province éthiopienne du Tigré a atteint au point que les hyènes mangent les corps de filles, qui ont été tuées et démembrées, après avoir été violées », cela est venu selon une religieuse éthiopienne (dont l’identité n’a pas été révélée pour préserver sa sécurité, et elle travaille à Mekele, la capitale du Tigré et ses environs).

La religieuse a déclaré que «des filles aussi jeunes que huit ans et même des femmes de 72 ans sont victimes de viol», elle a expliqué que « le viol se produit dans les lieux publics, devant la famille, les conjoints et devant tout le monde, et par milliers », elle a déclaré que «certaines filles ont eu les jambes et les mains coupées, et leurs corps ont été laissés non enterrés pour que les hyènes les mangent», et elle a poursuivi: « Partout où il y a des forces érythréennes ou éthiopiennes, il y a une tragédie … et chaque femme est exposée à cette question, et pas une seule fois ».

Elle a conclu en disant: « Nous sommes dans un état de solitude, d’isolement et de négligence … le monde doit agir pour prendre des mesures contre ces atrocités », à 15h10 GMT, il n’y avait aucun commentaire officiel des autorités éthiopiennes ou érythréennes sur le rapport du journal britannique, le 4 novembre 2020, des affrontements ont éclaté dans la région entre l’armée éthiopienne et le « Front de libération du peuple du Tigré », avant qu’Addis-Abeba n’annonce le 28 du même mois que l’opération « de maintien de l’ordre » avait pris fin en contrôlant toute la région, malgré les informations faisant état de violations continues des droits de l’homme dans la région depuis son époque.

  La plateforme kenyane de pharmacie en ligne MYDAWA reçoit un financement de 1,2 million de dollars pour lutter contre le VIH et le sida

Le 23 mars, le Premier Ministre éthiopien, Abiy Ahmed, a reconnu les atrocités commises contre des civils pendant le conflit au Tigré, y compris les viols commis par des soldats, soulignant que les responsables devaient répondre de leurs actes.

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Les plus lus

To Top