Société

Première conférence numérique sur la restauration des zones arides en Afrique pour accélérer l’action sur le terrain

Première conférence numérique sur la restauration des zones arides en Afrique pour accélérer l'action sur le terrain

Les 2 et 3 juin 2021, GLF accueillera la toute première conférence numérique consacrée entièrement aux zones arides d’Afrique et à la manière dont les pratiques de restauration intégrative peuvent les voir prospérer à nouveau. Rejoignez-nous pour des conférenciers inspirants, les dernières découvertes scientifiques, des concerts, des projections de films, des visites virtuelles, du réseautage et des découvertes inattendues qui font toujours partie d’un événement du Global Landscapes Forum.

GLF Afrique: Restaurer les zones arides de l’Afrique se tiendra juste avant le lancement officiel de la Décennie des Nations Unies pour la restauration des écosystèmes, qui s’étend de 2021 à 2030, au cours de l’une des présentations, un scientifique principal du Centre mondial d’agroforesterie, Peter Minang, a réaffirmé que l’Afrique est l’un des continents les plus vulnérables et les plus touchés par la dégradation des terres, car environ 500 millions d’hectares ont déjà été touchés jusqu’à présent.

Il a déclaré que la désertification affectait au moins 45% de la superficie de l’Afrique; 55% de ces zones présentent un risque élevé ou très élevé de dégradation supplémentaire, tandis que le continent perd au moins 56 milliards d’euros par an, selon Peter Minang, l’augmentation de la population, la pauvreté, les activités agricoles, les facteurs démographiques, l’extension des infrastructures, les facteurs économiques et les politiques gouvernementales médiocres sont parmi les principaux facteurs contribuant à l’augmentation de la dégradation des terres.

Minang a suggéré que d’énormes investissements dans des sources d’énergie alternatives telles que des cuisinières efficaces, par exemple, réduiraient la dépendance excessive au bois de feu, faisant ainsi face au défi de la déforestation, les autres experts qui ont fait des présentations lors des sessions de formation thématiques étaient Jonathan Davies, coordinateur mondial des zones arides et conseiller principal en agriculture à l’Union internationale pour la conservation de la nature, Salima Mahamoudou, associée de recherche au World Resources Institute, et Birguy Diallo, chargée de projet la Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification.

  Secrétaire général : l'Afrique est une « source d'espoir » pour le monde
Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Les plus lus

To Top