Société

Les femmes prendront le volant dans l’industrie agricole dominée par les hommes au Nigeria

Les femmes prendront le volant dans l'industrie agricole dominée par les hommes au Nigeria

Au cours des 13 dernières années, Linda Sheknami Auta a cultivé à la main du riz, du maïs, de l’igname et du soja. C’est un processus long et ardu qui l’a empêchée de développer son entreprise aussi rapidement qu’elle le souhaiterait, labourer sa ferme de 20 hectares dans l’État du Niger, dans la ceinture centrale du Nigeria, prend l’équivalent de cinq mois de dur labeur. Avec le bon équipement spécialisé et la formation appropriée, cela pourrait être réduit à seulement 10 jours. Mais trouver le financement, les outils et les travailleurs agricoles est difficile, surtout en tant que femme.

« Les femmes dans mon secteur sont souvent méprisées, considérées comme trop faibles pour faire ce qui est traditionnellement considéré comme un « travail d’homme », il a donc été difficile d’embaucher de la main-d’œuvre », explique Linda, 34 ans. veux travailler pour une patronne, une nouvelle initiative du collectif agricole Alluvial Agriculture vise à niveler le terrain pour les agricultrices. L’entreprise, qui offre une éducation et un accès au marché aux petits producteurs à travers l’Afrique, a commencé à former et à soutenir financièrement 50 femmes dans 15 États nigérians pour devenir propriétaires-exploitantes de tracteurs.

« Pendant trop longtemps, les femmes ont été exclues de la finance et de la mécanisation agricoles, alors qu’elles sont l’épine dorsale de notre industrie », a déclaré Dimieari Von Kemedi, cofondatrice et directrice générale d’Alluvial Agriculture. « Notre programme est une étape importante pour remédier à ce déséquilibre», la formation est assurée par une joint-venture entre le conglomérat indien Tata International et Alluvial. Une fois le cours de trois semaines terminé, chacune des femmes formera des partenariats ou des coopératives, et chaque coopérative sera équipée de tracteurs John Deere de pointe et travaillera sur au moins 5 000 hectares de fermes dirigées par des femmes qui font partie des projets de fermes en blocs communautaires d’Alluvial. Un pourcentage des honoraires gagnés par les femmes servira à rembourser le prêt de leur tracteur. Sur la base des revenus attendus de la location de tracteurs, les femmes devraient avoir payé leur premier tracteur dans les deux ou trois ans. Chacune des nouvelles entreprises dirigées par des femmes devrait posséder entre 20 et 50 tracteurs d’ici 2028.

  Jeunesse ghanéenne : la résilience malgré les obstacles
Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les plus lus

To Top