Société

Vaccin contre le paludisme : quelle est son efficacité et quand sera-t-il disponible en Afrique ?

Vaccin contre le paludisme : quelle est son efficacité et quand sera-t-il disponible en Afrique ?

Les chercheurs et les professionnels de la santé célèbrent l’approbation de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) pour l’utilisation généralisée du premier vaccin antipaludique, avec plus de 260 000 enfants de moins de cinq ans qui meurent du paludisme chaque année en Afrique subsaharienne, ce développement vieux de plusieurs décennies pourrait sauver des dizaines de milliers de vies, selon l’organisation.

Le vaccin connu sous le nom de « RTS, S » s’est avéré efficace il y a six ans, prévenant 40 % des cas de paludisme et 30 % des infections graves, depuis 2019, les chercheurs mettent en œuvre des programmes pilotes de vaccination plus vastes au Ghana, au Kenya et au Malawi.

Plus de 800 000 enfants ont reçu au moins une dose et l’Organisation mondiale de la santé affirme qu’il n’y a aucun problème de sécurité, évidemment, ce serait mieux si le vaccin offrait un taux de protection plus élevé. Mais beaucoup pensent qu’avec des centaines de millions de cas d’infection, une réduction de 40 % signifierait encore sauver un nombre important de vies.

Pedro Alonso, de l’Organisation mondiale de la santé, a déclaré : « Il s’agit d’un vaccin modérément efficace qui peut éviter 30 à 40 % des infections et des décès peut être très bénéfique pour les gens », les autorités sanitaires tiennent également à souligner qu’il s’agit d’une nouvelle arme dans la lutte contre le paludisme qui sera utilisée en combinaison avec d’autres mesures préventives, le Dr Alonso a déclaré qu’il essayait de lutter contre la forme du parasite qui pénètre dans le sang de la victime peu de temps après avoir été mordu, en bloquant partiellement l’accès aux cellules humaines et en prévenant ainsi la maladie.

  Vivre dans l'obscurité : comment la panne d'électricité en Afrique du Sud affecte des vies ?

Pour garantir l’efficacité du vaccin, un enfant a besoin de 4 doses, à cinq, six et sept mois, puis d’une dernière dose de rappel lorsque l’enfant a environ 18 mois, les enfants sont les plus susceptibles de mourir du paludisme car, contrairement aux adultes, ils n’ont pas eu la possibilité de développer une immunité.

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les plus lus

To Top