Société

La justice tunisienne acquitte l’équipage d’un navire marchand étranger de l’accusation de l’avoir délibérément coulé

La justice tunisienne acquitte l'équipage d'un navire marchand étranger de l'accusation de l'avoir délibérément coulé

Un tribunal du sud de la Tunisie a décidé d’abandonner les poursuites contre l’équipage d’un navire de commerce étranger qui a coulé il y a quatre mois au large de Gabès, et de les libérer après avoir été accusés de l’avoir délibérément coulé, a déclaré jeudi un porte-parole de la justice, le porte-parole, Mohamed El-Kray, a déclaré à l’AFP que le tribunal de première instance de l’Etat de Gabès « a décidé mercredi de ne pas entendre l’affaire du navire Kselo », qui battait pavillon de la Guinée équatoriale, expliquant que  » le ministère public a fait appel de la décision. »

Al-Karai a ajouté que les membres de l’équipage ont été accusés d’avoir « porté atteinte à la propriété d’autrui », ce qui est un délit, et que les détenus ont été libérés après avoir passé environ quatre mois en détention et n’ont pas été empêchés de quitter le pays, fin juillet, le ministère public a abandonné l’accusation de « constitution d’association de malfaiteurs en vue d’atteintes aux personnes et aux biens » de l’équipage, et a alors libéré deux d’entre eux, l’équipage du navire est composé de son capitaine géorgien, de quatre Turcs et de deux Azerbaïdjanais, le Ksilo a coulé au large des côtes du sud de la Tunisie le 16 avril alors que l’on craignait une « catastrophe environnementale » après que les autorités ont déclaré que les membres de son équipage avaient déclaré qu’il transportait 750 tonnes de carburant.

Cependant, après avoir bouclé le lieu de naufrage du navire avec des barrières maritimes et vérifié que ses réservoirs sont remplis d’eau de mer et ne transportent pas de carburant, de l’eau s’est infiltrée dans le pétrolier, qui mesure 58 mètres de long et neuf mètres de large, et la marine tunisienne a évacué les membres d’équipage avant que le navire ne coule, il y avait une ambiguïté sur les détails et la nature du navire, qui a disparu des radars marins du 8 avril au 15 avril, date à laquelle il a envoyé une demande d’aide avant le naufrage.

  La police béninoise lance une campagne de 90 jours pour sécuriser la capitale économique
Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Les plus lus

To Top