Société

Pourquoi les droits des femmes sont importants à la COP27 surtout en Afrique ?

Pourquoi les droits des femmes sont importants à la COP27 surtout en Afrique ?

Cette année a été une année de catastrophes climatiques aux quatre coins du globe. Des inondations au Pakistan et au Nigéria aux pires sécheresses jamais enregistrées dans la Corne de l’Afrique, personne sur la planète n’est à l’abri de la détérioration rapide de notre climat, parmi les personnes les plus touchées de manière disproportionnée figurent les femmes et les filles. Pourtant, leur histoire n’est trop souvent qu’une note de bas de page dans l’actualité.

Nous connaissons l’impact sexospécifique du changement climatique grâce à notre travail à travers le monde. Nous avons vu à maintes reprises comment les femmes et les filles sont poussées à abandonner l’école ou à se marier tôt pour aider à gérer le stress financier auquel les familles sont confrontées pendant les sécheresses ou les inondations, de nouvelles recherches d’ActionAid au Kenya, au Rwanda, en Zambie et au Nigéria ont révélé que le changement climatique augmente également la violence sexiste et nuit à la santé mentale des femmes, alors que le réchauffement de la planète entraîne une augmentation des urgences humanitaires et des déplacements, les femmes et les filles ne doivent pas payer le prix le plus élevé.

Dans le nord du Kenya, Rosemary – une ancienne agricultrice avec qui ActionAid travaille – doit maintenant marcher plusieurs kilomètres plus loin qu’auparavant pour trouver de l’eau. Sa communauté est confrontée à une sécheresse extrême après des pluies infructueuses consécutives, avec 90 % de toutes les sources d’eau à ciel ouvert dans leur région maintenant à sec. Cette charge accrue et les distances qu’elle doit parcourir l’exposent à un risque accru de violence car elle doit se déplacer, souvent en dehors des heures de clarté, dans des zones où elle n’a aucune protection, entre-temps, la sécheresse et l’invasion d’un ver ravageur des cultures ont déjà détruit sa ferme, autrefois sa principale source de revenus. Cela a forcé Rosemary à devenir éleveur d’animaux, mais elle est également confrontée aux défis d’un climat imprévisible ici aussi. Incapable d’accéder à l’eau et aux prairies, deux de ses vaches sont récemment mortes, l’enfonçant encore plus dans la précarité financière.

  Un nouveau programme voit le Sénégal prendre la tête des objectifs climatiques de Paris en Afrique
Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les plus lus

To Top