Société

L’UNESCO vise à accroître la présence africaine alors que la liste du patrimoine fête ses 50 ans

L'UNESCO vise à accroître la présence africaine alors que la liste du patrimoine fête ses 50 ans

Les pyramides de Gizeh existent depuis des milliers d’années – et elles célèbrent cette semaine leur 50e anniversaire – celui des sites du patrimoine mondial, Lazare Eloundou Assomo, directeur du Centre du patrimoine mondial de l’UNESCO, explique les origines de la fameuse liste :

« Le 16 novembre 1972, ce texte important (Convention concernant la protection du patrimoine mondial, culturel et naturel) a été adopté – qui a un très beau préambule et des articles très précis et parmi lesquels la nécessité de créer une liste de sites qui seraient reconnus comme les sites les plus importants de l’humanité, permettant à la communauté internationale d’agir très rapidement pour les préserver face aux catastrophes (naturelles), face aux conflits, face aux autres enjeux de développement », dit-il, la plupart des sites sont des destinations touristiques populaires, certains pays ont plus de 50 sites, mais d’autres – comme 12 pays africains – n’en ont aucun, l’UNESCO affirme que le continent africain ne représente que neuf pour cent des sites du patrimoine mondial, « Sur une liste du patrimoine mondial de 1 154 sites, près de la moitié de ces sites sont principalement situés en Europe et en Amérique du Nord », explique Eloundou Assomo.

« Globalement, l’une des régions les moins représentées sur la Liste du patrimoine mondial est l’Afrique subsaharienne et ensuite les États arabes. Donc, il y a bien un déséquilibre en termes de statistiques sur la liste et c’est une question sur laquelle nous continuerons à travailler en collaboration avec les États membres, la Convention du patrimoine mondial travaille à la préservation et à la protection de ses sites qui, une fois inscrits, peuvent accéder aux fonds du patrimoine mondial, la reconnaissance profite généralement à la région avec un tourisme accru, mais cet avantage peut être une arme à double tranchant.

  Retrait des flotteurs du Nil...la fin de l'histoire des espions et l'effacement d'un patrimoine architectural

« Quand on parle de sites visités, on parle de là où le tourisme est beaucoup plus présent. Et ces sites, qui sont les plus visités, pour la plupart, se trouvent certainement dans des régions comme l’Europe, comme en Amérique du Nord.

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les plus lus

To Top