Société

La femme n’est qu’un outil pour pratiquer le sexe en Algérie

La femme n'est qu'un outil pour pratiquer le sexe en Algérie

Tous les pays civilisés du monde accordent une grande valeur aux femmes et au grand rôle qu’elles jouent au sein de la société, mais en Algérie, le nouvel État, qui ne dépasse pas soixante ans, dans lequel les femmes vivent dans une situation très difficile, et malgré le fait que les médias du régime des généraux diffusent de fausses données et  informations sur le statut des femmes en Algérie, et que les femmes ont une situation qui est bien meilleure que les femmes d’Europe et d’Amérique, et elles vivent dans le luxe, et le pourcentage des femmes exposées à la violence atteint zéro, tout cela dans un pays qui permet aux femmes de se prostituer, en fait, il y a des femmes qui leur ont été imposées par le régime des généraux de pratiquer le vice, et les utiliser comme les drogues dont ils ont inondé l’Algérie, pour que la jeunesse de l’Algérie reste égarer entre l’opium du sexe et de la drogue, inconscient des plans qui se déroulent autour d’eux, et ne savent rien de l’épuisement des richesses et des biens de l’Algérie par les généraux.

Mais, le grand choc, ce sont les chiffres fournis par l’Institut national de la santé publique sur le phénomène des violences faites aux femmes dans la société algérienne, et au moment où les autorités compétentes annonçaient que les peines avaient été durcis sur les agresseurs, et la satisfaction conséquente parmi les citoyens, les statistiques indiquent qu’une femme sur 5 est exposée à la violence, au moins 10 fois par an, et les résultats d’une récente enquête menée par l’Institut montrent que le niveau d’instruction ne s’oppose pas à la tendance au recours à la violence, en effet, la plupart des agresseurs se sont révélés éduqués, et ont souligné que la violence contre les femmes a connu une croissance alarmante dans toutes les régions de l’Algérie, l’institut a ajouté que la majorité des citoyens ne considèrent les femmes qu’un outil de plaisir et d’accomplissement des désirs, et qu’elles sont limitées dans la pensée et ne peuvent pas assumer la responsabilité ou prendre des décisions appropriées dans la vie quotidienne, et le responsable de la gendarmerie, Walid Riyad Boukhabo a présenté des statistiques sur les violences faites aux femmes enregistrées, qu’il a recensées dans pas moins de 17 994 cas sur le phénomène, soit une augmentation de 15,56% par rapport à la même période en 2021, répartis entre 70% d’entre eux qui sont liés à des actes de coups, d’humiliations et de viols, avec violence et harcèlement sexuel dans des lieux publics d’une manière qui appelle à se poser plusieurs questions sur ce phénomène dangereux.

  Les manifestants du changement climatique à Nairobi demandent une compensation aux pays riches
Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les plus lus

To Top