Société

Pendant le ramadan, les Libyens « se remplissent » de café après avoir rompu le jeûne

Pendant le ramadan, les Libyens "se remplissent" de café après avoir rompu le jeûne

L’Italie a laissé un profond impact culturel en Libye, le seul pays arabe qu’elle a occupé entre 1934 et 1943 et situé en Afrique du Nord, depuis cette époque, le peuple libyen accorde une grande importance au café et traite très sérieusement l’espresso et ses sœurs. Pourtant, à l’approche du mois de Ramadan, ceux qui jeûnent s’apprêtent à se priver de leur boisson préférée pendant la journée, et au centre de Tripoli, la capitale, les hommes se rassemblent pendant le mois de jeûne devant d’innombrables cafés, souvent de minuscules kiosques équipés de machines à café de fabrication italienne à la pointe de la technologie.

« Le café que les Libyens boivent habituellement 16 heures par jour, ils le boivent pendant le Ramadan dans les deux heures qui suivent le coucher du soleil, alors qu’ils en boivent deux ou trois tasses pour tenter de compenser », note Muhammad Al-Zarqani, qui dirige l’un de ces cafés dans le cœur de la vieille ville de Tripoli, Al-Zarqani a hérité de ce café de son grand-père, qui l’a acheté à un Juif libyen dans les années cinquante du siècle dernier, et l’homme de 31 ans ne craint pas que le travail soit affecté négativement pendant le mois de Ramadan, car son café est bondé de clients, qui se précipitent après le petit déjeuner pour « se remplir de café aussi naturellement qu’on boit de l’eau », la tradition du café en Libye remonte au XVe siècle, lorsqu’il était un passage essentiel pour le transport des grains de café cultivés au Yémen de la péninsule arabique vers l’Europe. Puis les Libyens ont adopté le fameux expresso sous l’influence des Italiens qui ont remplacé les Ottomans en 1911, en plus du café turc, qu’ils appelaient « café arabe ».

  Avertissement de l'ONU : le changement climatique menace plus de 100 millions de personnes en Afrique

« L’ancienne génération s’accroche encore au café arabe, mais les jeunes commandent souvent un expresso ou un macchiato », explique Mohammed Al-Zarqani alors que ses employés versent le liquide noir parfumé dans des gobelets en carton, le jeune cafetier déclare : « Les Libyens ont envie de boire leur café même en pleine guerre », en référence à la violence armée qui secoue le pays depuis la chute du dictateur Mouammar Kadhafi en 2011.

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les plus lus

To Top