Société

La Tunisie initie un système de quotas pour l’approvisionnement en eau potable et empêche son utilisation dans l’agriculture

La Tunisie initie un système de quotas pour l'approvisionnement en eau potable et empêche son utilisation dans l'agriculture

Le ministère tunisien de l’Agriculture a déclaré qu’il avait décidé de lancer immédiatement le système de quotas pour l’approvisionnement en eau potable, et d’empêcher son utilisation dans l’agriculture jusqu’à la fin septembre prochain en raison de la sécheresse, le ministère a annoncé l’interdiction d’utiliser de l’eau potable pour laver les voitures, irriguer les espaces verts et nettoyer les rues et les lieux publics, et a menacé de punir les contrevenants, les barrages tunisiens connaissent des niveaux de stockage sans précédent, car ils ne dépassent pas 30% de leur capacité, selon la dernière mise à jour de ce mois-ci.

Le barrage de Sidi Salem – le principal approvisionnement des régions du nord – est le plus grand barrage du pays et son stock ne représente que 17% de sa capacité, et la décision du ministère – qui a été publiée aujourd’hui – stipule qu’il est interdit d’utiliser l’eau potable distribuée par la Société nationale d’exploitation et de distribution des eaux :

à des fins agricoles

Pour irriguer les espaces verts

Pour nettoyer les rues et les lieux publics

Laver les voitures

La Tunisie souffre d’une sécheresse continue depuis 3 saisons, et les responsables du Syndicat de l’Agriculture ont mis en garde contre des répercussions catastrophiques sur les cultures agricoles, notamment les céréales, les légumes et les fruits, Mohamed Rajibia, un responsable du Syndicat de l’agriculture, a déclaré à Reuters que la saison des récoltes de céréales serait « catastrophique », s’attendant à ce que la récolte touchée par la sécheresse tombe entre 200 000 et 250 000 tonnes cette saison, contre 750 000 tonnes l’an dernier, la Tunisie est classée – par l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture – parmi les pays menacés par la pénurie d’eau.

  Un appel international pour trouver une solution urgente à la crise des réfugiés et des migrants en Tunisie et en Libye

Il y a deux semaines, les autorités ont commencé à couper l’eau potable la nuit dans la capitale et dans d’autres villes, pour tenter de réduire la consommation, un geste qui a suscité colère et protestation dans l’une des régions de Sfax (sud), certains pensent que les autorités risquent – par la décision de couper l’eau – d’alimenter les tensions sociales dans un pays dont la population souffre de services publics très médiocres, de taux d’inflation élevés et d’une économie en difficulté.

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les plus lus

To Top