Société

Les femmes masaï de Tanzanie produisent du miel pour subvenir aux besoins des familles

Les femmes masaï de Tanzanie produisent du miel pour subvenir aux besoins des familles

Alors qu’une sécheresse récurrente met sous pression les communautés qui élèvent du bétail dans le nord de la Tanzanie, un groupe de femmes Maasai a commencé à produire du miel pour générer des revenus supplémentaires, assurer l’avenir de leurs enfants et aider à régénérer la forêt, « J’ai beaucoup profité de l’apiculture. J’ai acheté cinq chèvres qui produisent du lait pour nous, j’ai aussi acheté un lit et éduqué mes enfants. Cette année, mon projet est de construire une maison », explique l’apicultrice Maria Shinini, cela a pris du temps. Maria a commencé avec cinq ruches et du matériel, mais aujourd’hui son activité est florissante.
Avec les autres femmes, elles ont maintenant 76 ruches sur un terrain communal à la périphérie du quartier de Monduli dans la région d’Arusha, ils reçoivent une formation d’un réseau de coordination de petits exploitants, d’agriculteurs et d’éleveurs, soutenu par le Forest and Farm Facility, un partenariat entre l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture, l’Union internationale pour la conservation de la nature, ainsi que l’Institut international pour l’environnement et le développement et AgriCord, des décennies de sécheresse récurrente due au changement climatique ont dégradé le paysage et réduit les pâturages disponibles pour le bétail. Introduire des abeilles est une initiative pour régénérer le paysage, dans leur formation, Maria et les autres femmes ont appris que prendre soin de la végétation est un élément crucial dans le soin et la gestion de leurs abeilles
« Il est très important que notre environnement soit pris en charge, dès les captages d’eau. Ainsi, notre formation va de pair avec ces aspects de l’environnement, en prenant soin de la végétation pour que les abeilles puissent se nourrir. Parce qu’il n’y a pas d’autre source de nourriture », explique la formatrice Majaliwa Mwashuve.
Les nouveaux apiculteurs ont également reçu une formation sur la façon d’être des hommes d’affaires intelligents, produisant, étiquetant et commercialisant leurs propres produits afin de maximiser leur valeur.

  La polémique a été réglée dans le cas d'un masque africain en bois vendu aux enchères pour 4,2 millions d'euros
Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les plus lus

To Top